ENTRÉE DES ABONNÉSMember Login
Me connecter
Bienvenue, (First Name)!

Oublié? Show
Log In
Enter Member Area
Mon Profil Pas abonné? Inscrivez-vous Log Out
Sentry Page Protection
L'Autre Quotidien

Mode d'emploi

L'Autre Quotidien se lit en tournant les pages comme un journal . Utilisez les flèches à gauche et à droite de l'écran. Pour naviguer rapidement dans le site, cliquez l'icône menu. Le lien Archives vous donnera un accès direct aux grandes catégories du journal (Actualités, Art, Livres etc). Cliquer sur Aujourd'hui ramène au numéro du jour. Et voilà. C'est simple.

La musique d'Arca tourbillonne en paradis

La musique d'Arca tourbillonne en paradis

Photographie Jai Odell

Photographie Jai Odell

Alejandro Ghersi, alias Arca, d'abord producteur dans l'ombre absolue de quelques oeuvres de Bjork, du rapper Kanye West (Yeezus) et de FKA Twigs, et son partenaire visuel le vidéaste Jesse Kanda, rencontré sur internet quand ils fréquentaient tous deux la communauté du site Deviant Art, ont sorti ces derniers temps à la cadence d'une mitraillette des vidéos plus fracassantes les unes que les autres. Leur offensive a une cohérence qu'on voit rarement aujourd'hui, dans la forme (les vidéos sont des images jetées en pleine face, qui ne "racontent" aucune histoire, ne montraient surtout pas un chanteur, - ça tombe bien, il n'y en a pas - jusqu'aux deux dernières, où Alejandro apparaît en fantôme/fantasme brouillardeux), et se suffisent à elles-mêmes par leur beauté un peu grotesque - soit l'inverse d'à peu près tout ce qui se fait dans le monde des vidéo-clips), comme dans le fond (Arca est une sorte d'Art of Noise d'aujourd'hui, pour ceux qui se souviennent du projet du producteur Trevor Horn, capable de concilier futurisme pointu et vocabulaire pop de l'époque. 

On se rend d'ailleurs compte à l'occasion combien la pop d'aujourd'hui est plus proche de l'underground et infiniment plus plastique que celle des années passées, obligées que sont les stars de se laisser cannibaliser par les nouvelles tendances de la musique à chaque obligatoire remix de leur dernier succès (ils le sont tous, même Beyoncé !). Ce qui vaut donc aussi inévitablement dans l'autre sens : les producteurs et mixeurs les plus underground d'aujourd'hui ne voient plus la pop music comme leurs prédécesseurs la voyaient : une ennemie, symbole de nullité.

PAS DE TABOU, pas de rejet : autant en faire un jouet. Et, pour les meilleurs d'entre eux : SON JOUET. Alejandro Ghersi / Arca est de ceux-ci. Assez étrangement, ses morceaux nous font penser à un Jean-Michel Jarre passé de l'hyperventilation à l'oxygène au gaz hilarant des rave parties, et évoque des feux d'artifice où la musique s'éteint puis revient en bouquets, tour à tour ténébreuse et lumineuse, mais toujours espiègle.

A preuve cette toute récente collaboration entre Arca et Jesse Kanda, d'un côté, et Shayne Oliver, le styliste iconoclaste derrière la marque fashion Hood By Air. On se plaint tellement du manque de collaboration entre les talents d'une époque pour se réjouir quand elle existe, et prend cette dimension épique. 

 

ujourd'hui

ujourd'hui

 

"Mutant is about sensuality and impulsiveness as escape routes out of rigidity. Softness as a weapon when the mind attacks itself."

Alejandro Ghersi AKA Arca

 
® Daniel Sannwald

® Daniel Sannwald

 
 
Le graphisme coréen a des lettres de noblesse

Le graphisme coréen a des lettres de noblesse

Blur : un spectacle pour tous les âges

Blur : un spectacle pour tous les âges