Le "Fiber Art" dématérialise le tissu

Le "Fiber Art" dématérialise le tissu
Naoko Serino Jute /ジュート麻 free Technique 25(H)×25(W)×20(D) cm

Naoko Serino Jute /ジュート麻 free Technique 25(H)×25(W)×20(D) cm

Penser le futur pour panser la vie. Le faire avec des fibres nouvelles, histoire d'agir en toute logique écologique pour un avenir moins polluant ; tout en reliant par l'art et le design, techniques ancestrales et fibres dernier cri.


L’art textile est un mode d’expression récent, puisque les premières œuvres sont apparues au cours des années 1960. Les États-Unis et la Suisse — plus précisément la Biennale internationale de la tapisserie de Lausanne — ont été les épicentres de cet art né avec le mouvement « Nouvelle tapisserie ». Ce souffle a gagné le Japon, où la riche histoire de la teinture et du tissage, ainsi que la transmission des méthodes artisanales d’autrefois, ont favorisé l’apparition de nombreux artistes travaillant la fibre, qui exploitent les possibilités infinies des fibres transformées en sculptures, tableaux ou installations. Pour cela, ils utilisent aussi bien des fils de soie et de coton que des fibres synthétiques et du papier washi. Des plus traditionnelles aux procédés de teinture et de tissage les plus récents, toutes les techniques sont employées pour sublimer la matière première jusqu'à la finesse d'un nuage. Inspirés par la souplesse et la texture des fibres, ils rapprochent tissage et art contemporain et pulvérisent les frontières entre art, artisanat et design. Là où certains préfèrent laisser le tissu prendre la forme la plus naturelle possible, d'autres créent, avec du tissu, des œuvres conçues comme des peintures ou des sculptures tissées.


Sensibles aux problèmes environnementaux, la plupart d’entre eux relient leur travail à la nature, avec une approche écologiste, conceptuelle ou poétique. Quelques pièces sont des méditations sur la mémoire, la tradition ou l’identité. Les œuvres audacieuses de ces explorateurs de la création textile sont le fruit d’une tradition artistique féconde. Elles montrent l’habileté de ces artistes à utiliser le passé pour mieux façonner le futur.

W-Orbit, Akio Hamatani, 2010 Courtesy of the artist & Maison de la culture du Japon à Paris

W-Orbit, Akio Hamatani, 2010 Courtesy of the artist & Maison de la culture du Japon à Paris

 
Kyôko Kumai, Temps, 2011 Fil d’acier inoxydable — 100 × 300 × 300 cm Photo © Mareo Suemasa

Kyôko Kumai, Temps, 2011 Fil d’acier inoxydable — 100 × 300 × 300 cm Photo © Mareo Suemasa