Moyen Orient : la religion, c'est le captagon du peuple

Moyen Orient : la religion, c'est le captagon du peuple

On s'en doutait, le speed des combattants en Syrie ou des fanatiques de Daesh n'est pas entièrement naturel. L'arrestation à Beyrouth d'un prince Saoudien avec quarante valises pleines de Captagon attire l'attention sur la drogue n°1 du Moyen Orient. 

Alors que la Syrie s’enfonce toujours plus profondément dans la guerre civile, la preuve commence à émerger qu’un conflit brutal et sanglant est désormais également alimenté par l’exportation et la consommation de plus en plus rapide des quantités de drogues illégales.

Des enquêtes séparées faites par l’Agence de presse Reuters et le magazine Time ont constaté que le commerce florissant du Captagon  – une amphétamine largement consommée au Moyen-Orient mais presque inconnue ailleurs – a généré des revenus de millions de dollars à l’intérieur du pays l’an dernier, certains ont presque certainement servi à financer des armes, tandis que les combattants des deux côtés utilisentle stimulant pour les aider à poursuivre la lutte.

Selon le Bureau des Nations Unies contre la drogue et le crime, la Syrie a longtemps été un point de transit pour les drogues provenant d’Europe, la Turquie et le Liban et destinées aux riches États du Golfe. Mais la rupture de l’ordre, l’effondrement des infrastructures du pays et la prolifération de groupes armés l’ont maintenant transformé en un important producteur, a dit Reuters. La production dans la vallée de la Bekaa au Liban – un centre traditionnel pour la drogue – est tombée en  2011 de 90 % , un déclin en grande partie attribué à la production à l’intérieur de la Syrie.

L’enquête n’apporte pas de preuves définitives du fait que les belligérants utilisent les profits de la drogue pour acheter des armes, mais les deux experts et fonctionnaires cités disent que c’est très probable. Nous partageons leur point de vue. Comment en serait-il autrement ?

® Nikolay Doychinov - Pilules de Captagon, saisies en Europe de l’est.

® Nikolay Doychinov - Pilules de Captagon, saisies en Europe de l’est.

Le colonel Ghassan Chamseddine, chef de l’unité drogue au Liban, où plus de 12 millions de comprimés ont été saisis l’an dernier, a déclaré que la plupart des pilules illicites sont cachées dans des camions passant de la Syrie aux ports libanais, où elles sont expédiées vers le Golfe. Il soupçonne que le produit du  trafic de drogue était « au moins en partie » utilisé pour financer les rebelles anti-Assad à l’intérieur de la Syrie, a-t-il dit à Time


Captagon, le nom de marque pour le fenethylline, stimulant synthétique a été tout d’abord produit dans les années 1960 pour traiter l’hyperactivité, la dépression et la narcolepsie, mais a été interdit dans la plupart des pays dans les années 1980 comme trop addictif. Il reste très populaire au Moyen-Orient ; pour en donner une idée, l’ Arabie saoudite saisità elle seule  55 millions de comprimés en une année,  ce qu'on estime être 10 % du total du trafic dans le Royaume.

La drogue est bon marché et simple à réaliser, et peut se vendre jusqu’à 20 dollars le comprimé. Un psychiatre libanais, Ramzi Haddad, dit qu'elle donne « les effets typiques d’un stimulant, une sorte d’euphorie : vous êtes bavard, vous ne dormez pas, vous ne mangez pas, vous êtes énergique. » Bref, des amphétamines. 

Ces effets expliquent pourquoi des combattants de la plupart des parties belligérantes du conflit – à l’exception des groupes liés à al-Qaïda, qui tiennent principalement à une interprétation stricte de la loi islamique – font maintenant une utilisation extensive de Captagon, souvent sur des missions de nuit ou lors des batailles particulièrement épuisantes. Mais les médecins et psychiatres disent que l’emploi du médicament est en train de se répandre également parmi la population civile plus en plus désespérée de la Syrie.

Dernières nouvelles du Captagon ! Un prince saoudien arrêté à Beyrouth avec deux tonnes de pilules !

Lundi 26 octobre, le prince saoudien Abdel Mohsen Ibn Walid Ibn Abdelaziz a été intercepté à côté de l'aéroport de Beyrouth « alors qu’il tentait avec quatre autres personnes d’embarquer pour Ryad dans un avion privé près de deux tonnes de pilules de Captagon (une drogue à base d’amphétamine) et une quantité de cocaïne rangées dans des caisses ». Les pilules étaient rangées dans "quarante valises", précise l'article. En avril 2014, 15 millions de pilules de Captagon, avaient déjà été saisies dans le port de la capitale libanaise, cachées dans des conteneurs de maïs.

Sources :

L'Orient Le Jour

The Guardian