ENTRÉE DES ABONNÉSMember Login
Me connecter
Bienvenue, (First Name)!

Oublié? Show
Log In
Enter Member Area
Mon Profil Pas abonné? Inscrivez-vous Log Out
Sentry Page Protection
L'Autre Quotidien

Mode d'emploi

L'Autre Quotidien se lit en tournant les pages comme un journal . Utilisez les flèches à gauche et à droite de l'écran. Pour naviguer rapidement dans le site, cliquez l'icône menu. Le lien Archives vous donnera un accès direct aux grandes catégories du journal (Actualités, Art, Livres etc). Cliquer sur Aujourd'hui ramène au numéro du jour. Et voilà. C'est simple.

Les débris du changement de régime en Libye

Les débris du changement de régime en Libye

Il y a quatre ans, alors que l’OTAN se préparait à bombarder la Libye, j’ai demandé à un diplomate occidental chevronné s’il pensait que l’expérience de l’Irak influerait sur cette aventure.

Après tout, le changement de régime en Irak avait apporté le chaos qui avait permis aux pires aspects de la politique de se révéler. Le diplomate occidental se moqua de mes inquiétudes.

Ce serait différent en Libye, dit-il.

En quoi la Lybie était une exception ? Mon ami le diplomate jugeait qu’en Libye, tout le monde haïssait Mouammar Kadhafi. L’importance de ses soutiens était faible. Une fois renversé, le peuple libyen se précipiterait vers le Cosneil national de transition, l’accueillant avec des fleurs et des douceurs.

On s’attendait à ce que Kadhafi, tout comme Saddam Hussein avant lui, ait quelques groupes de soutien. C’était, après tout, des dictateurs et les dictateurs s’écroulent aussi facilement que leurs statues de béton sur les places de leurs villes.

Ma propre expérience en Libye ne me permettait pas d’être aussi optimiste. De larges segments de la société libyenne comptaient sur les faveurs octroyées par l’État et il y avait même des fractions considérables de la population qui appréciaient vraiment Kadhafi.

Place des Martyrs, Tripoli, décembre 2011 : "Non, non aux armes, Oui, oui à la loi"

Place des Martyrs, Tripoli, décembre 2011 : "Non, non aux armes, Oui, oui à la loi"

Il n’y avait pas de possibilité de vérifier cela parce qu’il n’y avait ni élections ni sondages, en fait aucune autre méthodologie valable et utilisable sur place. Il est vrai aussi que l’armée libyenne avait à peine retrouvé son moral depuis son humiliation pendant la guerre du Tchad en 1987.

Elle ne soutiendrait pas Kadhafi jusqu’à la fin , contrairement à l’expérience de l’armée syrienne. Mais bien que son soutien ait été faible, il restait quelques poches d’allégeance à Kadhafi.

N’aurait-il pas été plus judicieux de pousser à la paix, par exemple dès l’été 2011, dans une Libye déjà soumise à des forces centripètes pour lui éviter d’éclater entre les villes et les tribus ?

Les diplomates occidentaux ne recherchaient pas la paix. Ils voulaient perfectionner leur doctrine de l’interventionnisme humanitaire, qui avait souffert de l’expérience irakienne. La Libye deviendrait alors une réussite exemplaire.

Loris Savino

Loris Savino

Une population libyenne fragmentée a assisté à la destruction des institutions de l’État, au lynchage de Kadhafi dans les rues de Syrte, la ville où il est né, et vu les diverses factions rebelles prendre le butin, sans se préoccuper du bien-être de la nation.

C’était une foire d’empoigne. Les puissances régionales mettaient en avant leurs propres figurants, lesquels prirent alors le contrôle de plusieurs régions. Le pétrole coulait à flots, l’Europe avait le sourire. Il n’est pas surprenant de voir que la Libye a aujourd’hui deux gouvernements, tout comme l’État islamique. C’était déjà écrit dans la méthode utilisée par l’OTAN.

Qu’est-il advenu de la région libyenne qui soutenait Kadhafi ? Beaucoup de personnes furent emprisonnées, bien sûr –peut-être plus de 10 000. Parmi elles figuraient Khalid Tantoush, le conseillerreligieux de Kadhafi et les fils de ce dernier Saif al-Islam et Saadi. Leur procès, qui débuta le 14 avril 2013, se poursuit actuellement sans progrès notables.

D’autres se sont exilés. Certains d’entre eux ont disparu avec leurs compétences pour mener d’humbles existences en Algérie, Tunisie, Egypte et Malte. Quelques-uns se sont rassemblés sous la houlette de Khuwaildi al-Hamidi, un proche et allié de Kadhafi, mort au Caire en août dernier.

Leur Mouvement national populaire libyen a attiré quelques endurcis pro-Kadhafi, mais s’est aussi lentement réaffirmé en Libye.

L’une des grosses erreurs de Washington en Irak a consisté à chasser la bureaucratie et l’armée avec la méthode vindicative dite de « dé-baathification ».

Toutes choses étant, le nouveau gouvernement –encouragé par les Occidentaux- a promulgué une Loi d’Isolation politique, qui a privé de droits civils tous ceux qui avaient des liens avec le régime de Kadhafi.

Cela a rejeté aux oubliettes un grand nombre de Libyens hautement qualifiés. Certains d’entre eux avaient semblé réceptifs au Mouvement national populaire libyen. Cependant, la plupart d’entre eux ont eu peur de se montrer. Ils vivaient dans la crainte, bien qu’avec une première lueur de confiance à travers leurs nouveaux réseaux.

Ce sont ces réseaux qui ont fait surface il y a un mois à travers le pays, au cours des premiers meetings publics pro-Kadhafi.

Ces manifestations ont eu lieu à Bani Walid, Benghazi, Sabha, Tobrouk et bien sûr Tripoli.

Le lendemain du quatrième anniversaire du meurtre de Kadhafi (le 20 octobre) on a entendu chanter dans les rues de Tripoli : « inshallah ashra Saddam, ashra Muammar » ( « Que Dieu nous envoie dix Saddam, Dix Mouammar ! »)

En Irak, une partie de l’armée dissoute et des membres du parti Baath ont rejoint al-Qaïda et plus tard l’État islamique d’Irak. Ce sont ces hommes motivés et entraînés qui ont formé l’ossature de l’avance de l’EI vers Fallouja et Ramadi en 2014.

C’est la même histoire qui se répète avec l’émergence de l’EI en Libye. Les adversaires de Kadhafi dans les années 90 se sont réfugiés dans le Groupe de Combat islamique libyen ; l’un de ses bastions était la ville de Derna.

Ces combattants ont fui le pays pour se joindre au djihad international en Afghanistan, Tchétchénie, Irak, Yémen et Syrie.

Il était devenu habituel de rencontrer un al-Libi(un Libyen) dans les redoutes des djihadistes. Des études montrent que la Libye a contribué avec la plus grande proportion de djihadistes par habitant a à cette campagne mondiale.

Sans nul doute, ces hommes sont revenus en Libye en 2011 pour se battre contre leur vieil adversaire, et aussi pour renforcer leurs propres groupes régionaux.

Des djihadistes aguerris ont formé Ansar al-Sharia à Benghazi et Ajdabiya, pendant que d’autres retournaient à leur propre groupe basé à Derna, le Conseil de la Choura de la Jeunesse islamique.

En 2014, le Conseil de la Choura a hissé le drapeau noir d’al-Qaïda, alors que plusieurs de ses combattants s’en allaient former la branche libyenne de l’EI. Ce sont ces combattants – qui incluent des djihadistes de leur circuit international - qui ont surpris les miliciens de Misrata en prenant le contrôle de Syrte au début de l’année.

® Loris Savino

® Loris Savino

Les vieux partisans de Kadhafi, éliminés par l’Histoire, ont épousseté leurs vestes et leurs armes pour s’enrôler dans ce contingent de l’EI. Ils ont reproduit les connexions établies en Irak par le vieux baathiste Izzat al-Douri à Ninive et à Anbar avec l’EI.

Y avait-il une alternative à cette stratégie de changement de régime ? Quand Saddam Hussein a été arrêté près de Tikrit, sa ville natale, il aurait dit « Je suis Saddam Hussein, Président de l’Irak et je voudrais négocier. » Les troupes USl’humilièrent et le jetèrent en prison, où il a ensuite été exécuté.

Ce moment était essentiel – « Je voudrais négocier ». Les négociations sont l’antidote des changements de régime.

Saddam Hussein aurait amené ses Fidayins de Saddam à la table (des négociations, NdT), en demandant une trêve et une nouvelle dispense pour sauver l’Irak de la destruction. En 2011, on aurait dû permettre à Kadhafi de se rendre, et ensuite amener son bloc politique à négocier.

Au lieu de cela, les Occidentaux et leurs alliés ont voulu obtenir une victoire complète - ce qui se termine toujours en un désastre complet.

La leçon de l’Irak n’a pas été apprise. Elle a été répétée en Libye. Les deux pays sont toujours suspendus à un fil. Leurs peuples souffrent cruellement . Ils ont été sacrifiés à une théorie arrogante et erronée. Elle ne mérite qu’une place dans la poubelle de l’Histoire.

Vijay Prashad 
Traduit par  Jean Cartier

Merci à info-palestine.eu
Source: http://www.alaraby.co.uk/english/comment/2015/10/28/the-detritus-of-regime-change-in-libya

Paris-Raqqa : Voisins contre voisins, par José Antonio Gutiérrez D.

Paris-Raqqa : Voisins contre voisins, par José Antonio Gutiérrez D.

Des mille et une façons de quitter la Moldavie

Des mille et une façons de quitter la Moldavie