L'Instant politique de Bettie Nin

L'Instant politique de Bettie Nin

En s'accaparant tous les clichés de l'Occident, Bettie Nin joue avec les codes politiques et culturels, comme elle s'amuse avec tous les formats, de la peinture à la vidéo, en passant par la sculpture et les installations. Des jeux poétiques à vision politique.

Les disparus, 2011-2015 (extrait) 50 photographies numériques, papier, cadres.

Les disparus, 2011-2015 (extrait)
50 photographies numériques, papier, cadres.

Le travail de Bettie Nin s'appuie sur le réel, celui d'une l’artiste qui témoigne de ses perceptions. La notion de frontière (limite, passage, flux), élément central de sa recherche, est envisagée sous un angle politique, social et culturel, autant qu’humain identitaire et personnel. Son évocation se posant comme le premier acte d’une remise en question, qui ne se donne jamais comme figée.

« Le rôle de l’Art est aussi d’explorer les domaines de la critique sociale, de l’histoire, de l’identité, de la restructuration de la société en faveur d’un multi-culturalisme riche au lieu d’une globalisation nivelante… Ma démarche va ainsi dans le sens de construire des relations entre le visible et ce que l’on peut dire de ce visible. » ( Bettie Nin)

Le passeur

Le passeur

Passeur #1, #2, #3, 2012. 3 Bombers de l'armée, clés, moteurs, chaînes. 300 x 150 x 250 cm Trois bombers rebrodés d'une multitude de clés tournent à 360° tel des gardes sur leur mirador. Ils semblent scruter, fouiller la salle à la recherche de suspects. Ces fantomes détiennent les clés au double sens du terme, symboliquement les clés de la compréhension. Certains savent, gardent des informations, les distribuent aux compte-gouttes ou les détournent.... Mais aussi les clés qui ouvrent les portes des frontières, celles des réseaux de passeurs.

Passeur #1, #2, #3, 2012.
3 Bombers de l'armée, clés, moteurs, chaînes.
300 x 150 x 250 cm

Trois bombers rebrodés d'une multitude de clés tournent à 360° tel des gardes sur leur mirador. Ils semblent scruter, fouiller la salle à la recherche de suspects. Ces fantomes détiennent les clés au double sens du terme, symboliquement les clés de la compréhension. Certains savent, gardent des informations, les distribuent aux compte-gouttes ou les détournent.... Mais aussi les clés qui ouvrent les portes des frontières, celles des réseaux de passeurs.

Au-delà de la critique sociale, Bettie Nin élabore une grammaire précise, à partir de la symbolique des objets, formes et matériaux ; utilisant leur charge en vue d’une réécriture du monde réel. Empruntant parfois les codes de la sculpture commémorative ou ceux du support incantatoire tribal, l’assemblage précis d’éléments connotés rend compte d’ une mystique personnelle à portée universelle.

Immigrants, 2011 Valises, plumes, goudron. Dimensions variables. L'installation est composée de valises (partenariat Emmaüs International) goudronnées puis emplumées. "Immigrants" évoque le supplice du goudron et des plumes qui depuis le Moyen-Age sert à humilier les condamnés ou les hors-la-loi. Les plumes proviennent de l'oiseau migrateur par excellence : l'oie blanche. Le goudron/bitume quant à lui évoque le chemin parcouru.

Immigrants, 2011
Valises, plumes, goudron.
Dimensions variables.


L'installation est composée de valises (partenariat Emmaüs International) goudronnées puis emplumées. "Immigrants" évoque le supplice du goudron et des plumes qui depuis le Moyen-Age sert à humilier les condamnés ou les hors-la-loi.
Les plumes proviennent de l'oiseau migrateur par excellence : l'oie blanche.
Le goudron/bitume quant à lui évoque le chemin parcouru.

L’œuvre de Bettie Nin marque toujours un point d’arrêt, une suspension à la réalité, nous laissant envisager la possibilité d’une autre voie, d’un passage ou d’un ailleurs. Sans donnée précise relative au contexte, l’artiste propose, souhaite, imagine et, finalement accompagne l’acte de résistance, soutient le principe même de révolution.

Sa démarche et son implication personnelle sont empreintes d’une écoute sensible du monde et d’un romantisme contemporain, tout sauf béat. Cette Alfortvilloise est actuellement directrice du centre d'art contemporain de sa ville et sa dernière mission est d'ouvrir l'art contemporainaux banlieues, en le faisant circuler de commune en commune, pour permettre aux habitants desdits lieux de se l'approprier sans avoir à sortir de leurs lieux de vie.

www.bettienin.com