Le système est sans coeur et sans reproche

Le système est sans coeur et sans reproche

C'est la trente et unième année consécutive que les Restaurants du coeur continuent leur admirable travail (que ceux qui jugent l'adjectif exagéré y fassent un tour). Trente et un ans d'une solide et crasse misère en France. Que l'on ne veut pas voir.

Coluche (supposé bouffon, rappelons-le) les voyait durer un an. Un outil nécessaire dans une mauvaise passe. Tout le monde se croyait encore à l'époque de l'abbé Pierre. Des durs moments à passer. Expérience de la France paysanne. Années de disette, puis bonnes récoltes. Après la pluie le beau temps. Moins de gel, moins de sécheresse. Juste ce qu'il faut. L'équilibre serait retrouvé. Qui ne voit aujourd'hui qu'il ne s'agit pas d'une crise passagère, après tant d'années de misère, après les derniers chiffres du chômage, après les nouvelles conditions de travail quasi esclavagistes qu'on exige de ceux qui ont encore un emploi, pour un jour, deux jours, à n'importe quel prix, dans n'importe quelles conditions, que cette crise est une composante essentielle d'un système qui n'est plus conçu que pour enrichir monstrueusement les uns, et appauvrir encore les autres, réduits à mendier un travail à n'importe quel prix ou du pain pour leurs enfants. Sans aucune possibilité d'échapper à cette nasse qui est mise en place depuis des décennies.

Comment avoir l'hypocrisie de reprocher au peuple de vouloir qu'on le protège de cette misère organisée au plus haut niveau ? De se tromper en s'en prenant à ceux qui n'y sont pour rien, les autres pauvres encore plus pauvres, encore plus précaires que lui, d'à côté, comme il l'a toujours fait, comme cela se fait toujours, parce que les riches et les responsables sont inatteignables, véritables dieux de l'Olympe, jamais vus dans la vraie vie, jamais approchés, devenus inimaginables, dans un autre monde, même de loin, vivant au Paradis quand le peuple est aux Enfers. Oh les limousines ! Oh les costumes sur mesure ! les chaussures cirées à l'Élysée ! les dîners trois étoiles Place des Vosges ! Les casinos et les achats d'appartement comptant ! Le million qui tombe tac tac par jour que vous soyez gaga officielle ou seulement amusée par le culot du dernier assez finaud pour vous dire qu'il vous trouve merveilleuse ! Tout cela...

La gauche avait un boulevard devant elle : le souci du collectif plutôt que de l'intérêt particulier. Évident pour la planète, évident pour le bien-être général, évident pour la cohésion nationale. Elle a préféré la jouer malin : chacun pour soi. La charité des riches, ou Dieu pour tous. Elle n'existe donc plus. Il ne lui reste que quelques années avant de se suicider officiellement comme la gauche italienne. Rayée des cartes. Communistes socialistes gauchistes noyés dans la piscine avec le héros de "Palombella Rossa". A peine se souviennent qu'ils furent des millions pendant des décennies. Ne restent que des consciences, comme Erri De Luca. Tous balbutiant devant Matteo Renzi parce qu'il ressemble à un gendre idéal. Peuple laissé sans aucune raison de résister à l'attrait du bling bling, du bunga bunga, de la Rolex, de sa vanité personnelle, de la télé et de l'argent facile, puisqu'il a tous les jours devant les yeux les preuves que cela marche, qu'il faut être bien bête pour ne pas traire le pays, que l'argent et la bonne mine achètent tout.

Nous en sommes là. Époque de la trente et unième année des Restaurants du coeur. De la charité bienvenue et miraculeuse quand il faudrait de la justice. Et très écoeurés. Preuve que le peuple a encore du coeur. Car surprise, mais pas pour nous, d'après les responsables des collectes annuelles de dons de nourriture dans les supermarchés qui ont eu lieu la semaine dernière, on donne plus dans les quartiers pauvres que dans les quartiers riches. Raison 1 : les gens modestes savent pourquoi ils donnent, et se disent que cela pourrait être bientôt leur tour d'avoir besoin de ces aides alimentaires. Raison 2 : ils font naturellement leurs courses eux-mêmes, et n'auront donc pas "oublié" de donner à la femme de ménage qu'ils emploient au noir un petit peu d'argent supplémentaire "pour les pauvres". Et elle-même sait très bien qu'elle serait virée impitoyablement dans l'heure si elle avait la fantas(ti)que d'acheter quelques paquets de spaghetti de trop pour les remettre aux gens qui font la collecte devant les caisses.

Pauvre société que nous sommes. Et que l'on nous invite à construire sans surtout rien y changer depuis combien de temps déjà ? Trente et un ans seulement. Continuons comme cela.

Nuit & Jour

C'est la trente et unième année consécutive que les Restaurants du coeur continuent leur admirable travail (que ceux qui jugent l'adjectif exagéré y fassent un tour). Trente et un ans d'une solide et crasse misère. 

Coluche (supposé bouffon, rappelons-le) les voyait durer un an. Un outil nécessaire dans une mauvaise passe. Tout le monde se croyait encore à l'époque de l'abbé Pierre. Des durs moments à passer. Expérience de la France paysanne. Années de disette, puis bonnes récoltes. Après la pluie le beau temps. Moins de gel, moins de sécheresse. Juste ce qu'il faut. L'équilibre serait retrouvé. Qui ne voit aujourd'hui qu'il ne s'agit pas d'une crise passagère, après tant d'années de misère, après les derniers chiffres du chômage, après les nouvelles conditions de travail quasi esclavagistes qu'on exige de ceux qui ont encore un emploi, pour un jour, deux jours, à n'importe quel prix, dans n'importe quelles conditions, que cette crise est une composante essentielle d'un système qui n'est plus conçu que pour enrichir monstrueusement les uns, et appauvrir encore les autres, réduits à mendier un travail à n'importe quel prix ou du pain pour leurs enfants. Sans aucune possibilité d'échapper à cette nasse qui est mise en place depuis des décennies.

Comment avoir l'hypocrisie de reprocher au peuple de vouloir qu'on le protège de cette misère organisée au plus haut niveau ? De se tromper en s'en prenant à ceux qui n'y sont pour rien, les autres pauvres encore plus pauvres, encore plus précaires que lui, d'à côté, comme il l'a toujours fait, comme cela se fait toujours, parce que les riches et les responsables sont inatteignables, véritables dieux de l'Olympe, jamais vus dans la vraie vie, jamais approchés, devenus inimaginables, dans un autre monde, même de loin, vivant au Paradis quand le peuple est aux Enfers. Oh les limousines ! Oh les costumes sur mesure ! les chaussures cirées à l'Élysée ! les dîners trois étoiles Place des Vosges ! Les casinos et les achats d'appartement comptant ! Le million qui tombe tac tac par jour que vous soyez gaga officielle ou seulement amusée par le culot du dernier assez finaud pour vous dire qu'il vous trouve merveilleuse ! Tout cela...

La gauche avait un boulevard devant elle : le souci du collectif plutôt que de l'intérêt particulier. Évident pour la planète, évident pour le bien-être général, évident pour la cohésion nationale. Elle a préféré la jouer malin : chacun pour soi. La charité des riches, ou Dieu pour tous. Elle n'existe donc plus. Il ne lui reste que quelques années avant de se suicider officiellement comme la gauche italienne. Rayée des cartes. Communistes socialistes gauchistes noyés dans la piscine avec le héros de "Palombella Rossa". A peine se souviennent qu'ils furent des millions pendant des décennies. Ne restent que des consciences, comme Erri De Luca. Tous balbutiant devant Matteo Renzi parce qu'il ressemble à un gendre idéal. Peuple laissé sans aucune raison de résister à l'attrait du bling bling, du bunga bunga, de la Rolex, de sa vanité personnelle, de la télé et de l'argent facile, puisqu'il a tous les jours devant les yeux les preuves que cela marche, qu'il faut être bien bête pour ne pas traire le pays, que l'argent et la bonne mine achètent tout.

Nous en sommes là. Époque de la trente et unième année des Restaurants du coeur. De la charité bienvenue et miraculeuse quand il faudrait de la justice. Et très écoeurés. Preuve que le peuple a encore du coeur. Car surprise, mais pas pour nous, d'après les responsables des collectes annuelles de dons de nourriture dans les supermarchés qui ont eu lieu la semaine dernière, on donne plus dans les quartiers pauvres que dans les quartiers riches. Raison 1 : les gens modestes savent pourquoi ils donnent, et se disent que cela pourrait être bientôt leur tour d'avoir besoin de ces aides alimentaires. Raison 2 : ils font naturellement leurs courses eux-mêmes, et n'auront donc pas "oublié" de donner à la femme de ménage qu'ils emploient au noir un petit peu d'argent supplémentaire "pour les pauvres". Et elle-même sait très bien qu'elle serait virée impitoyablement dans l'heure si elle avait la fantas(ti)que d'acheter quelques paquets de spaghetti de trop pour les remettre aux gens qui font la collecte devant les caisses.

Pauvre société que nous sommes. Et que l'on nous invite à construire sans surtout rien y changer depuis combien de temps déjà ? Trente et un ans seulement. Continuons comme cela.

L'Autre Quotidien