Dimanche matin, spécial câlins

Dimanche matin, spécial câlins

Le rock a ça de bien que son histoire permet tous les mélanges, à condition d'en connaître suffisamment pour que cela fasse sens. Et la compilation spécial dimanche matin à traîner au lit de Bobby Gillespie est un modèle du genre.


De ses débuts à Glasgow à écumer les concerts keupon pour y croiser à la fois Clash avec Suicide en première partie, jusqu'au succès psychédélique de Screamadelica, qui a su réconcilier rockers et clubbers dans la même hallucination fumigène, un parcours sans faute, pour avoir réussi à faire de l'excellent Rolling Stones, là où Jagger et consorts n'y arrivaient plus. Une certaine idée du rock anglais, traité de la même manière encyclopédique que Julian Cope.

Alors puisqu'il s'agit d'une compilation, il est allé chercher du Texas des 13 th Floor Elevators aux Beach Boys californiens, du Londres de John Barry au Nashville de Kris Kristoffersen, et des collines de Los Angeles pour Gene Clark, Gram Parsons et les Byrds ou encore Tim Buckley, en 20 titres dont le dernier revient à Jerry Lee Lewis. La classe totale et un voyage à mood que veux- tu.

Le samedi soir a duré, le dimanche matin n'appelle pas à se lever tôt … Mais bon, les croissants traînent au milieu des journaux à côté du plateau de café. Les yeux encore un peu collés, un sein qui sort de la couette dans le prolongement d'un bras pour attraper le paquet de clopes tombé sur la moquette. L'éclair d'un sourire, tout en langueur, qui dit viens …

 Bobbie Gillespie Presents Sunday Morning Coming Down (Ace Records)