ENTRÉE DES ABONNÉSMember Login
Me connecter
Bienvenue, (First Name)!

Oublié? Show
Log In
Enter Member Area
Mon Profil Pas abonné? Inscrivez-vous Log Out
Sentry Page Protection
L'Autre Quotidien

Mode d'emploi

L'Autre Quotidien se lit en tournant les pages comme un journal . Utilisez les flèches à gauche et à droite de l'écran. Pour naviguer rapidement dans le site, cliquez l'icône menu. Le lien Archives vous donnera un accès direct aux grandes catégories du journal (Actualités, Art, Livres etc). Cliquer sur Aujourd'hui ramène au numéro du jour. Et voilà. C'est simple.

Racisme aux USA 1 : "Le blanc doit avoir raison !"

Racisme aux USA 1 : "Le blanc doit avoir raison !"

Avantage d'avoir équipé les policiers de Barstow, Californie, de caméras, personne ne doutera de la véracité de cette vidéo, tournée en caméra subjective et depuis le départ de l'opération par le policier lui-même. Elle est moins spectaculaire que d'autres : cette fois personne n'a été tué dans le dos en courant, ou étranglé, il s'agit seulement d'une femme noire enceinte de huit mois et innocente de tout crime (c'est dit par le policier lui-même au début de la scène, quand il arrive après avoir reçu un appel : "There's no crime here") plaquée à terre par des policiers qui lui passent des menottes pendant qu'elle appelle au téléphone - et, après en avoir demandé la permission au policier, qui lui accorde deux minutes, qui n'en deviennent plus qu'une tant ce geste l'énerve - quelqu'un pour lui demander si la police a vraiment le droit de prendre son identité sans raison de le faire. Qu'une non-histoire pareille finisse aussi mal pour cette jeune femme montre parfaitement tout ce qui ne va pas non seulement avec la police américaine, mais avec l'Amérique tout court. Parce qu'il faut que vous voyiez le début de l'histoire : le policier s'adresse à la femme blanche et très pouf qui a appelé la police à l'aide après avoir échangé des mots sur un parking avec la femme noire, et rien de plus. Elle le dit elle-même : "Je lui ai dit : j'appelle la police. Et elle m'a dit qu'elle s'en fichait. Qu'elle a autant de droits que moi. Elle ne voulait pas entendre raison." 

Quand la police arrive, et constate qu'il ne s'est en fait rien passé, elle finit par apercevoir la jeune femme noire toujours sur le parking, tranquillement, et décide d'aller l'interroger et prendre son identité. Pour quelle raison ? Et c'est là que l'horreur commence pour elle. Vous avez au moins cinq minutes à voir absolument ("You're going to the jail !").

Raison évidente pour laquelle, dans une quelconque dispute, un blanc menacera d'appeler la police, tandis qu'un noir ne le fera pas, cette scène odieuse, banale et ridicule, qui montre parfaitement de quel côté la police est perçue être. Blanc de blanc. Désolés pour Obama, mais c'est comme ça.

 
Les torsions de Matt Devine

Les torsions de Matt Devine

Design irlandais, roots et d'avant-garde

Design irlandais, roots et d'avant-garde