ENTRÉE DES ABONNÉSMember Login
Me connecter
Bienvenue, (First Name)!

Oublié? Show
Log In
Enter Member Area
Mon Profil Pas abonné? Inscrivez-vous Log Out
Sentry Page Protection
L'Autre Quotidien

Mode d'emploi

L'Autre Quotidien se lit en tournant les pages comme un journal . Utilisez les flèches à gauche et à droite de l'écran. Pour naviguer rapidement dans le site, cliquez l'icône menu. Le lien Archives vous donnera un accès direct aux grandes catégories du journal (Actualités, Art, Livres etc). Cliquer sur Aujourd'hui ramène au numéro du jour. Et voilà. C'est simple.

Savez-vous danser le gqom ?

Savez-vous danser le gqom ?

Mettons que vous alliez en boîte un samedi soir avec les jeunes zoulous de Durban, Afrique du sud. Il y a de grandes chances que vous dansiez sur cette musique, le gqom, ou gqomu, qui est né dans cette ville il y a quelques années comme une version roots et dépouillée des oripeaux euro-pop, voire d'à peu près tout, de la house sud-africaine, le kwaito. Le gqom serait le nom d'un tambour zoulou, et décrit bien le son très particulier de cette musique de purs rythmes, une sorte d'acid sans le son de la 303, avec une touche de déferlement de percussions parfois, qui fait penser à une autre musique très singulière des années 80, la gogo music de Washington. Là encore, une ville, une idiosyncrasie. Le même phénomène de réappropriation d'une musique devenue trop pop par retour à la base (et au basique) s'est passé pour la jeunesse angolaise avec la fodencia, préférée par les vrais de vrais de la nuit au kuduro. Nous, on adore ce genre de musiques, interdites, dures d'accès, répétitives, addictives totalement. Elles sont les révolutions toujours.

 
Sangre, Bandera, Cruz : Los Macuanos à l'avant-garde du Mexique

Sangre, Bandera, Cruz : Los Macuanos à l'avant-garde du Mexique

Syrie : qui veut quoi dans les négociations ?

Syrie : qui veut quoi dans les négociations ?