Lynn Davis, ou l'esprit des formes, et leur fonte

Lynn Davis, ou l'esprit des formes, et leur fonte

Du Groenland à l’Egypte, en passant par la Jordanie, La Syrie, le Yémen, le Soudan et les Etats-Unis, la photographe américaine Lynn Davis poursuit un rigoureux travail de documentation des compositions et des formes qui nous semblent les plus prégnantes, les plus fondamentales, qu'elles viennent de la Nature, ou de l'interprétation que les hommes en ont faite, à travers l'architecture. Au rendez-vous d’un certain sérialisme architectural que l’on retrouve dans l’alignement des poutres du Temple d’Awam, du Tétrapyle de Palmyre ou dans celui des édifices religieux de l’antique cité de Nubie, comme des formidables compositions de glace et d'eau que nous appelons icebergs (voir la galerie, où désert de sable et désert de glace se croisent et répondent), le travail de Lynn Davis nous a bien sûr fait penser à cette somme magique sur l'art qu'est "L'Esprit des formes" d'Élie Faure.

En vingt ans, j'ai fait quatre fois le long trajet depuis New York jusqu'au Groenland pour photographier les icebergs géants qui se détachent du glacier d'Ilulissat, une petit ville sur la côte nord-ouest qui fait face à Disco Bay, et au-delà, à la mer du Labrador. En 2007, je sus que c'était mon dernier voyage : le glacier avait tellement diminué de taille qu'il était devenu presque impossible de trouver des icebergs à photographier, en tout cas des icebergs tels que je les avais connus. Dans la mélancolie, j'ai saisi les dernières traces de cette alchimie entre l'eau et la glace que j'avais découverte là-bas, et qui avait causé chez moi une expérience que j'appellerais mystique, tant j'ai été bouleversée et stupéfaite devant la beauté des formes monolithiques qu'elle ne cessait de créer et recréer. 

Lynn Davis, Iceberg XII, Disko Bay, Greenland, 2004 Tirage argentique agrandi monté sur carton d’archive, 71,1 × 71,1 cm © Lynn Davis, Courtesy Galerie Karsten Greve Köln, Paris, St Moritz


Lynn Davis, Iceberg XII, Disko Bay, Greenland, 2004 Tirage argentique agrandi monté sur carton d’archive, 71,1 × 71,1 cm © Lynn Davis, Courtesy Galerie Karsten Greve Köln, Paris, St Moritz

Dans les premiers voyages, je ne me posais même pas la question de savoir s'il y aurait toujours un glacier à Ilulissat, comme il y en avait toujours eu un pendant des milliers d'années, qui enfanterait et taillerait comme il l'avait toujours fait des icebergs qui partiraient à la dérive dans la mer du Labrador. Ce qui fut d'abord une expérience mystique qui a changé ma vie s'est transformé aujourd'hui en une prise de conscience du fait que la Nature telle que nous la connaissions est en train de disparaître, et bien plus vite que nous l'aurions jamais pensé. J'ai eu le privilège - et la mélancolie - de pouvoir célébrer par mes photos ce voyage extraordinaire de l'impermanence et du renouvellement. Et j'espère qu'il n'est pas trop tard pour changer ce qui semble maintenant, avec le réchauffement de la planète, un sort irréversible : la disparition des grands glaciers.

Lynn Davis

Il y a chez l’homme un impérissable désir de «retenir» la vie en une image capable de la définir pour toujours. Les créateurs tentent de concilier les contradictions que leur révèle le chaos des apparences. Ceux-ci poursuivent, dans une espèce d’hallucination clairvoyante, une image intérieure à laquelle ils sont obligés, pour sauvegarder leur pureté originelle, de tout sacrifier. L’aliment des héros et le vrai sel de la terre n’est autre que cette exigence impitoyable qui monte des profondeurs de l’inconscient du créateur lui donnant l’ordre de réaliser les images qui peuplent sa pensée
— Élie Faure; L'Esprit des formes