Iggy Pop est de retour : "Gardenia" est somptueux

Iggy Pop est de retour : "Gardenia" est somptueux
Josh Homme et Iggy Pop

Josh Homme et Iggy Pop

 
 

Plus que jamais sous influence Bowie, Iggy Pop frappe lui aussi très fort avec son nouvel album. Étrange synchronicité entre ces deux êtres-là.

Dans le genre coutumier du fait, Josh Homme avait déjà frappé fort avec son groupe comprenant Dave Grohl, Jon Paul Jones et lui-même pour retrouver le son de Cream avec Them Crooked Vulture en 2009. Mais là, cela sonne d'autant plus bizarre dans son entreprise que son effort participatif avec Iggy Pop, "Post Pop Depression",  semble non pas décalqué, mais en droite ligne et référentiel des efforts du regretté David Bowie berlinois pour les deux albums de la renaissance d'Iggy Pop, soit "Lust for Life" et "The Idiot".

Nul ici ne s'en plaindra, car il s'agit sans doute des vinyles qui ont le plus tourné sur les platines des adolescents d'alors, punk, rock ou new wave mélangés, car il n'y avait rien à jeter, et le son sonnait bizarre, comme si Bowie avait enfin canalisé l'énergie de l'Iguane pour lui faire cracher un son audible en Europe, plus marqué par le Mur de Berlin séparant deux sociétés que la ville dévastée de Ann Arbor,  Michigan, des Stooges. Deux attitudes, deux sons, deux réussites qui ont posé le rock en dehors des clous simplistes du punk basique.  

Deux titres impeccables, un partenariat qui tourne, avec Dean Fertita (complice de Homme au sein des Queens of the Stone Age, officiant également aux côtés de Jack White avec The Dead Weather) et Matt Helders (batteur des Arctic Monkeys), en plus d'Iggy et Homme. Pour l'instant du tout bon. On attend le 18 mars et l'album définitif qui ne cache pas ses fixettes passées, un titre s'intitule même "German Days".

Et Iggy de conclure sur ces mots : "Je voulais être libre.  Pas mal de mecs de mon âge ne se remettent plus en cause dans le boulot parce qu’une fois qu’on devient une légende, on n’a pas envie que les gens vous lancent des défis. »

Cela sonne (terriblement, maintenant) comme ce que David Bowie avait dit avant son dernier disque.

Pourvu que...

"Gardenia" live chez Stephen Colbert