Décès de Paul Kantner : le Jefferson Airplane s'est envolé pour de bon

Décès de Paul Kantner : le Jefferson Airplane s'est envolé pour de bon

Dernier membre du Jefferson Airplane à toujours habiter San Francisco, où il passait son temps dans les cafés à admirer la baie, Paul Kantner n'a jamais renié ses engagements. Comme quoi la culture vivante ça conserve, le refrain de White Rabbit restant à tout jamais Feed your Head - nourris ta tête. On espère dorénavant qu'il contemplera les étoiles de plus près.

Jefferson Airplane 1967, Paul Kantner à gauche.

Jefferson Airplane 1967, Paul Kantner à gauche.

Fan de défonce qui lui a apporté ce que la religion a manqué pour lui, il était féru de folk, de country et d'expérimentation, Kantner avait fondé le Jefferson Airplane en 66 avec un guitariste extraordinaire, Jorma Kaukonen, un bassiste du même métal, Jack Casady, un batteur Spencer Dryden et deux chanteurs : Marty Balin et Signe Anderson, vite remplacée par Grace Slick, alors chanteuse de Great Societyqui arrivera avecles titres qui leur offrirent la gloire White Rabbit et Somebody to Love.

Loin d'être une bande de freaks, sans envergure, juste portés par l'ère du temps, le groupe a tout expérimenté de la période 67/73 avec une conviction et un talent qui fit passer leur engagement mao ( à l'américaine)  pour mineur alors qu'ils furent de tous les combats - la culture alors faisant office de bulletin de vote et le fait de repousser les limites admises, les faisant passer pour de grave agitateurs pour le FBI.  Second groupe à succès de San Francisco avec le Grateful Dead, l'Airplane a écrit sur tous les thèmes qui avaient des enjeux à l'époque, du couple explosé en Triad, à l'apologie de la défonce White Rabbit, en passant par la liberté de Wooden Ships, co-écrit avec Stephen Stills et David Crosby le monde en révolte de We Can be Togther d'après un des slogans du mouvement naissant des Black Panthers. "Nous sommes obscènes, sans foi ni loi, hideux, dangereux, sales, violents et jeunes / Mais nous devrions vivre ensemble", sans oublier le brûlot militant Volunteers ( Got a révolution, got a révolution), la vie communautaire et l'écologie ( Living on a farm). Pour ne citer que les plus célèbres. A noter un somptueux album expérimental (la ressortie remasterisée en est un bonheur) le After Bathing at Baxter's.

Puis Kantner avait quitté les errances du groupe en 1972, enregistré des albums avec sa compagne d'alors Grace Slick dont il venait d'avoir une fille, China.  Il a ensuite refondé le Jefferson Starship en 1974, dont la première mouture comprenait des membres de Santana et connu un succès considérable à jouer du staduim rock, en enregistrant des disques de platine. Balin parti et Slick allant de cure de désintoxication alcoolique en nouvelle cure, Kantner jeta l'éponge et tenta de reformer   l'Airplane durant les années 80, obligeant les membres du groupe restant à se rebaptiser simplement Starship.

Il est mort vendredi matin, dernier membre du groupe original à toujours habiter San Francisco où il passait son temps dans les cafés à admirer la baie ; plongeant le quartier de Haight-Ashbury en deuil. Pour ce qu'il en reste.  Ultime pied de nez aux pisse-froids qui n'ont rien compris à cette révolution psychédélique, il n'a jamais renié ses engagements. Comme quoi la culture vivante ça conserve, le refrain de White Rabbit restant à tout jamais Feed your Head - nourris ta tête ! On espère dorénavant qu'il contemplera les étoiles de plus près.

 

 P.S.: On apprend ce dimanche soir le décès à la même date de la première chanteuse du groupe, Signe Anderson, qui avait préféré abandonner le groupe pour élever son premier fils loin de la folie des tournées avait une superbe voix de contralto. Et Marty Balin d'ajouter sur Facebook cet après-midi : " Nul doute qu'en croisant Paul là-haut, Signe et lui sont de suite partis à la recherche de Spencer Dryden pour remonter un groupe."