Minqi Li : la crise du capitalisme hyper-moderne commencera en Chine

Minqi Li : la crise du capitalisme hyper-moderne commencera en Chine

Dans son livre "La Chine et la crise du vingt-et-unième siècle", l'économiste chinois Minqi Li  se penche sur les fondements de ce qui pourrait être le locus de la chute du capitalisme, et expose pourquoi cela pourrait arriver plus tôt que nous le pensons.

Plusieurs institutions économiques dominantes mettent en garde contre le risque de la crise économique mondiale à venir. Le 8 septembre, le Citi Group a publié un rapport de recherche, Is China Leading the World into Recession? (La Chine est-elle en train de conduire le monde dans la récession?) écrit par Willem Buiter, économiste en chef de Citi. Le rapport avertit qu' "une récession mondiale à partir de 2016, menée par la Chine, est maintenant le scénario principal de notre équipe de Global Economics. L'incertitude demeure, mais la probabilité d'une réponse politique rapide et efficace semble diminuer".

Le 11 septembre, Daiwa Securities Group, la deuxième plus grande maison de courtage du Japon, a publié un rapport intitulé What Will Happen If China’s Economic Bubble Bursts (Ce qui arrivera si la bulle économique chinoise éclate). Le rapport de Daiwa fait valoir que le taux de croissance économique de la Chine va tomber à zéro, même dans le "scénario optimal". Toutefois, un «effondrement» de l'économie chinoise serait le «résultat le plus probable.» Dans ce cas, «si l'économie de la Chine, la deuxième plus grande dans le monde, deux fois la taille du Japon, devait tomber dans une telle situation de crise, l'effet serait plus que probablement de mettre l'économie mondiale en chute libre. Son impact pourrait être le pire que le monde ait jamais vu ».

Puis le 3 octobre, Lawrence Summers, l'ancien Secrétaire du Trésor US et conseiller économique du président Obama, a écrit un article intitulé "The Global Economy Is in Serious Danger" («L'économie mondiale est en grave péril»). L'article paraît à la fois sur le Financial Times et le Washington Post.

Il semble qu'un consensus se dessine de plus en plus sur le fait que l'économie capitaliste mondiale se rapproche rapidement de la prochaine crise. Du point de vue de la lutte de classe mondiale, la vraie question est de savoir quel rôle la prochaine crise économique joue dans la crise structurelle actuelle du capitalisme mondial (la troisième du genre «crise structurelle» après celles de 1914-1945 et de 1968-1989 ) et si oui ou non la crise structurelle actuelle peut être résolue dans le cadre historique du capitalisme.

En réponse à la dernière crise structurelle, le capitalisme mondial a adopté le "néolibéralisme", un ensemble de politiques et d'institutions visant à vaincre la classe ouvrière dans les pays centraux et semi-périphériques. Mais l'équilibre mondial du pouvoir n'a pas penché de manière décisive en faveur des classes capitalistes jusqu'à ce que la Chine entreprenne la "réforme et ouverture". La transition au capitalisme de la Chine a fourni à plusieurs centaines de millions de travailleurs capables à des salaires représentant une petite fraction de ceux qui prévalent dans les pays du centre. L'incorporation d'une main-d'œuvre bon marché si massive a sapé de manière décisive le pouvoir de négociation des classes ouvrières occidentales.

Ouvrières et ouvriers de l'usine Hi-P de Shanghai en grève, décembre 2011 Photo AP/Sipa

Ouvrières et ouvriers de l'usine Hi-P de Shanghai en grève, décembre 2011 Photo AP/Sipa

Depuis lors, la structure sociale de la Chine a été fondamentalement transformée. Une importante classe ouvrière militante a émergé. Selon l'estimation du soussigné, le nombre d'ouvriers salariés est passé d'environ 230 millions en 1990 à 370 en 2012. Si on inclut la «classe moyenne» urbaine plus privilégiés (professionnels et techniciens), le total des travailleurs salariés urbains et ruraux a augmenté d'environ 250 millions en 1990 à  420 millions en 2012. Actuellement, environ 100 000 «incidents de masse» (terme officiel pour les grèves, émeutes et rassemblements de protestation de masse) se produisent chaque année, impliquant environ 10 millions de personnes.

Après de fortes baisses dans les années 1990 et une stabilisation dans les années 2000, la part des revenus du travail dans le PIB de la Chine a commencé à augmenter après 2010, ce qui reflète la force croissante de la classe ouvrière chinoise. La pression sur le profit capitaliste a conduit à un déclin rapide du taux de profit de l'économie à l'échelle nationale. Dans les années 2000, le taux de profit de toute l'économie de la Chine était environ deux fois plus élevé que le niveau des USA. Depuis 2007, le taux de profit de la Chine a chuté abruptement. Vu la tendance actuelle, le taux de profit de la Chine pourrait, dans quelques années, tomber à des niveaux qui ont été vus la dernière fois aux USA pendant la Grande Dépression.

Comme plusieurs institutions traditionnelles l'ont prédit, une crise majeure de l'économie chinoise pourrait plonger l'économie capitaliste mondiale dans une crise qui se révélera être plus destructrice que la «Grande Récession» de 2008-2009. La question est de savoir si le capitalisme mondial peut survivre à la crise à venir et si les conditions favorables nécessaires à l'accumulation mondiale du capital peuvent être restaurées.

Il a été généralement soutenu par des gens de droite comme de gauche que le capitalisme a été un système incroyablement flexible qui peut s'adapter à de nouvelles conditions historiques. Après tout, le capitalisme a survécu aux «crises structurelles» précédentes de 1914-1945 et de 1968-1989. Cependant, il y a au moins deux nouveaux développements qui pourraient rendre la crise structurelle à venir fondamentalement différente des deux précédentes.

En réponse à la crise structurelle de 1914-1945, le capitalisme mondial s'est adapté aux défis sociaux lancés par les classes ouvrières occidentales (sous la forme de keynésianisme et l'État providence) et par  les mouvements de libération nationale non-occidentaux (sous la forme de la décolonisation et de programmes de développement économique). En revanche, lors de la crise structurelle de 1968-1989, le capitalisme mondial ne pouvait plus répondre aux exigences croissantes des classes ouvrières centrales et semi-périphériques et dut adopter des politiques néolibérales pour rétablir le taux de profit.

Si, à la fin du vingtième siècle, le capitalisme mondial ne pouvait plus répondre aux exigences des classes ouvrières centrales et semi-périphériques, quelle est la probabilité pour que le capitalisme mondial au vingt-et-unième siècle réponde aux demandes non seulement des classes ouvrières centrales et semi-périphériques mais aussi de la classe ouvrière chinoise (qui à elle seule constitue environ un cinquième de la force de travail mondiale) ? En outre, contrairement à la fin du vingtième siècle, il n'y a pas une autre grande zone géographique qui pourrait fournir une main-d'œuvre bon marché massive et les autres conditions nécessaires à l'accumulation de capital pour aider le capitalisme mondial à restaurer des conditions favorables d'accumulation du capital. Des ressources énergétiques insuffisantes suffiraient à empêcher l'Inde de devenir la prochaine "Chine". 

En outre, les systèmes écologiques mondiaux approchent rapidement un effondrement total, ce qui impose une autre limite insurmontable à l'accumulation du capital mondial. Dans un commentaire récent, Kevin Anderson, l'un des experts mondiaux de pointe sur le changement climatique, présente l'argument puissant qu'un programme de stabilisation du climat réaliste exigerait la réduction de dix pour cent ou plus des taux annuels d'émissions mondiales, afin d'éviter plus de deux degrés de réchauffement mondial. Le message de base de la remarque d'Anderson est qu'une stabilisation raisonnable du climat (compatible avec la préservation de la base matérielle de la civilisation humaine) est fondamentalement incompatible avec la poursuite de la croissance économique infinie (c'est-à-dire l'accumulation du capital infinie).

Le monde peut-il répondre simultanément aux exigences de base de durabilité écologique mondiale et aux besoins de base de milliards d'humains dans le Sud ? Nous allons trouver la réponse, d'une façon ou l'autre, dans les prochaines décennies.

China and the 21st Century Crisis

Minqi Li

ISBN: 9780745335384

Extent: 232pp

Release Date: 20 Oct 2015

Size: 230mm x 150mm

Format: Paperback

Merci à Tlaxcala
Source: https://plutopress.wordpress.com/2015/10/20/a-global-economic-crisis-made-in-china/