Goat, bienvenue au bouc psychédélique suédois ! concert le 14/10 à Paris

Goat, bienvenue au bouc psychédélique suédois ! concert le 14/10 à Paris

Comment conjuguer psychédélisme et pipeau, larsen et masque vaudou ? L'équation résolue des Suédois de Goat.  Explications.

Au Nord de l’Europe, le rock s’offre comme hardcore et sataniste, il va jusqu’à cramer des églises classées et dessouder d’anciens séides plus assez dans le ton des délires du maître de ces rituels… Ou bien, il se la joue, en profitant de l’écart de la situation pour refaire ça et là, une petite communauté barrée vivant selon ses délires, comme au tout début des années 70, en Allemagne ou ailleurs. Bien, mais loin. Ici, c’est à Korpilombolo que sévit une troupe grimée de masques vaudous. Il se nomment Goat, font de la musique et c’est pas triste.

Ayant démarré par une relecture des bases du psychédélisme californien, importé en Europe avec rituels acides ou champignonesques , et force fuzz et larcins en glissandos, Goat se tourne aujourd’hui vers psyché tribal globalisant qui varie ses potions à coup d’Asie, d’Afrique ou d’Europe de l’Est. Beaucoup de pipeaux, du saxo ( mal joué en arrière fond) et surtout de remarquables perçus qui vient agrémenter la sauce et changer le brouet précédent plus électrique en un world mix - qui doit quand même tout au krautrock, dans ses aspects les moins connus du côté des voyages lointains d’Embryo ou d’Agitation Free.

Je sais, ça désarçonne les discours préconçus -  tels que recopiés par tous sur la bio en anglais qui circule … mais c’est comme ça ! Et cela permet d’avoir le bon angle d’écoute pour ce nouvel artefact culturel scandinave qui va passer vendredi soir au Cabaret Sauvage, ce 14/10/16.

Si vous adorez le pipeau, vous allez être comblés, si vous aimez les cirques à la Parliament aussi au vu des images dispensées -  et si vous doutez du bien fondé de leur démarche, l’audition de deux titres du Requiem, dernier album en date après le World Music de 2012 et le Commune de 2014, va vous rassurer les canaux internes. C’est du bon, c’est du fort, c’est du brutal, comme disait Raoul. Foncez !

Jean-Pierre Simard

Goat - Requiem ( SubPop)
Au Cabaret Sauvage, 14/10/16