ENTRÉE DES ABONNÉSMember Login
Me connecter
Bienvenue, (First Name)!

Oublié? Show
Log In
Enter Member Area
Mon Profil Pas abonné? Inscrivez-vous Log Out
Sentry Page Protection
L'Autre Quotidien

Mode d'emploi

L'Autre Quotidien se lit en tournant les pages comme un journal . Utilisez les flèches à gauche et à droite de l'écran. Pour naviguer rapidement dans le site, cliquez l'icône menu. Le lien Archives vous donnera un accès direct aux grandes catégories du journal (Actualités, Art, Livres etc). Cliquer sur Aujourd'hui ramène au numéro du jour. Et voilà. C'est simple.

Tomas Van Houtryve, détestation et fascination du drone comme "preneur d'images"

Tomas Van Houtryve, détestation et fascination du drone comme "preneur d'images"

Que se passe-t-il quand un artiste réfléchit à l'emploi des drones comme mode opératoire artistique en photographie, comme c'est le cas avec Tomas Van Houtryve ? Et bien, on arrive au résultat inverse des jolies photos aériennes qui ont fait la fortunes des éditions La Martinière, c'est le retour à la photographie militaire, celle de l'identité judiciaire, sauf qu'ici la photo arrive avant les autopsies… Glaçant pour le moins.

Depuis 2013, Tomas Van Houtryve parcourt l'Amérique pour prendre en photo avec un drone ce qui fait le commun des attaques aériennes par ce biais dans les pays en guerre : aussi bien les mariages, les réunions de groupe, les funérailles que les exercices physiques en groupe ou les prières. Il pilote aussi son drone dans des zones urbaines habituellement contrôlées par la police ou l'armée.

Ainsi, en octobre 2012, un drone a tué une femme de 67 ans qui ramassait de l'okra dans un champs proche de son domicile, au Nord Pakistan. Son petit-fils de 13 ans, Zubair Rehman, blessé par des shrapnels lors de la même attaque, interrogé au USA par une commission sénatoriale l'année suivante déclara : "Je ne supporte plus l'azur, je préfère le mauvais temps, car par mauvais temps les drones n'attaquent pas."

En travaillant sur ces images, déclare Van Houtryve, je cherche à attirer l'attention sur ce que deviennent les limites de la vie privée de la surveillance et de la guerre moderne. Mon travail se fonde sur l'absurdité et la dangerosité de l'activité humaine quand elle perd l'empathie.

Quand de plus en plus de drones envahissent le ciel, nous devrions repenser comment cette technologie doit être employée et autorisée. La vision de ces engins va-t-elle devenir aussi ordinaire que celles des oiseaux et des avions dans le ciel ?  Ou bien, les gens vont-ils comme Zubair Rehman commencer à ne plus apprécier que les ciels d'orage ?"

Van Houtryve est un photographe qui travaille à la limite de l'art et du documentaire. Avant d'exposer - jusqu'à fin décembre - à la galerie new-yorkaise Anastasia ses Bluesky Days!, il a fait des reportages sur la baie de Guantanamo, suivi la rébellion maoïste au Népal en 2004 et travaillé sur la vie dans les derniers pays communistes ensuite. Autant correspondant de guerre qu'artiste engagé qui travaille les métaphores des situations qu'il explore, il a remporté de nombreux prix. Mais c'est une autre histoire… Nous vivons les temps du beau bizarre.

Tomas Van Houdryve  Bluesky Days!  -> 31/12/16
Anastasia Gallery - 143 Ludlow Street, New York, NY 10002

 

Coil a découvert un singe à Naples, qui l'eut cru ?

Coil a découvert un singe à Naples, qui l'eut cru ?

Bol, par Kenny Ozier-Lafontaine

Bol, par Kenny Ozier-Lafontaine