Tereza Zelenkova :  Sex, Rituel, Mort

Radiographie de l'obscur :  Tereza Zelenkova observe à la loupe les inquiétants mythes et légendes tchèques. Et cela fait sens qu'elle ne titre pas son dernier travail, l'insondable étant son propos. Un propos tenu au cœur de la République Tchèque, là même où tout respire l'obscurité du mythe et des légendes anciennes. 

Ce qui dirige le travail de cette photographe est ce qui l'intéresse aussi en temps que personne, à savoir, tout ce qui concerne les lieux et les endroits en rapport avec des mythologies. Et en cela, la photo analogique s'avère un support idéal permettant, à partir de la réalité, de pratiquer toutes sortes de montage,  recadrage et séquençage pour offrir un rendu aussi surréel qu'ambigüe, à toujours balancer entre réalité et fiction.

Dans son œuvre, toute beauté réfère au mystère et à la mort (Hello Joel-Peter Witkins!) ; au-delà des explications rationnelles. En quête de choses non dicibles en mots, mais qui parlent aux personnes concernées par cette approche.

Sa dernière série s'est occupée du territoire de l'ancienne Tchécoslovaquie, insistant autant sur les lieux historiques que ceux avec des histoires particulières en relation avec la littérature.
Son travail se situe à la lisière du reportage et de la photographie conceptuelle.

Basée en partie sur la tradition de sculpture populaire de motifs baroques dans les pierres, comme ceux de Matyas Braun, ou ceux plus récents de Vojtech Kopic, Tereza Zelenkova s'est aussi intéressée à d'autres sites plus ambigües, sur ‘Dog Cemetery’.
Côtés légendes, le château de Houska l'a attiré, car il est supposé posséder une porte communiquant directement avec l'enfer. Quant à celui de Cachtice en Slovaquie, il fut le refuge d'Elizabeth Bathory, une serial killeuse qui tuait autrefois de jeunes fermières, pour se baigner dans leur sang et gagner ainsi la jeunesse éternelle. Son prochain travail sera de retourner à la grotte de Byci Skala, connue depuis plus de 10 000 ans, un ancien site sacré où l'on sacrifiait autrefois des vierges…

Ses influences littéraires se situent du côté de classiques tchèques comme :  Karel Jaromir Erben ou Karel Hynek Macha; mais aussi des contes d'Andersen et de Gustav Meyrink.
Ses références visuelles sont très larges, allant du mouvement décadent au romantisme, en passant bien sûr par le surréalisme. Elle s'avoue aussi grand fan de Walker Evans, Alfred Stieglitz et Eugene Atget. Et enfin, elle se reconnait des affinités avec le spiritisme qui emploie justement les images à ses propres fins, car cela enrichit son imaginaire.

Et, si elle apprécie des gens sur la scène photographique contemporaine, les noms qui sortent d'entrée sont ceux-ci : Sally Mann, Todd Hido, Antoine d’Agata, Richard Learoyd, Hannah Collins, Collier Schorr et Alec Soth.

Jean-Pierre Simard pour L'Autre Quotidien

Plus sur son site Terezazelenkova.com