ENTRÉE DES ABONNÉSMember Login
Me connecter
Bienvenue, (First Name)!

Oublié? Show
Log In
Enter Member Area
Mon Profil Pas abonné? Inscrivez-vous Log Out
Sentry Page Protection
L'Autre Quotidien

Mode d'emploi

L'Autre Quotidien se lit en tournant les pages comme un journal . Utilisez les flèches à gauche et à droite de l'écran. Pour naviguer rapidement dans le site, cliquez l'icône menu. Le lien Archives vous donnera un accès direct aux grandes catégories du journal (Actualités, Art, Livres etc). Cliquer sur Aujourd'hui ramène au numéro du jour. Et voilà. C'est simple.

Julien Bismuth à l'heure de la Partition

Julien Bismuth à l'heure de la Partition

De la division à la séparation, Julien Bismuth fait aussi référence à la musique, pour ses Partitions exposées chez Vallois. Il y a exploré de nouvelles mélodies d'images. La suite,  le prouve …

En 2012, lors d’une résidence au Brésil, Julien Bismuth s’intéresse à la langue singulière de la tribu Pirahã, qui habite au bord de la rivière Maici. Leur langue est tonale, comme le Chinois ou certains dialectes africains ; elle peut être sifflée, fredonnée, ou traduite en musique, ses mots et vocables ont chacun leur propre mélodie, ce qui permet aux Pirahã de siffler des phrases entières, et ainsi communiquer à distance dans la jungle. En Septembre, il accompagne le chercheur M. Gonçalves sur le terrain ; c’est en articulant une partie du matériel récolté sur place avec des projets déjà en cours que va naître le projet Partition.

Je pense cette exposition comme une exposition de cartes postales ou comme une exposition qui serait une carte postale, c’est-à-dire qui aurait deux côtés, avec sur l’un une image, sur l’autre du texte, à la fois réunis et maintenus séparés par un mur de carton fin. J’envisage les œuvres de cette exposition comme des cartes postales, des traces, des miettes, laissées derrière moi lors de mes déplacements.
Plutôt que d’écrire sur ces œuvres avant de les montrer, je préfère leur écrire une fois qu’elles seront accrochées. Je dis bien leur écrire, comme on écrirait à quelqu’un qui se serait embarqué dans un voyage périlleux, et avec qui l’on ne pourra communiquer qu’une fois rentré
.

Les œuvres ne communiquent rien, elles s’impriment dans le flux de communication qui les entoure, comme une pagaie plongée et maintenue sous l’eau. Si ça vous interpelle, je m’arrêterai, mais j’espère que vous me préviendrez quand vous serez fatigués. Parfois j’aimerais juste écrire la boucle d’un circuit.
« Si vous éprouvez un sentiment de sympathie, l’aspect de l’humanité sera alors plus fidèle à ses profondeurs que ses mots ; et même dans mon propre pays, les choses qui m’ont le moins trompé sont celles que j’ai apprises en tant que Spectateur. » Ils s’assirent côte à côte comme des perles
.  Julien Bismuth

L’œuvre de Bismuth s’est toujours située entre Littérature et Arts Plastiques, les écritures cryptées et la caricature se révélant fondamentales dans sa pratique, ainsi qu’un rapport à «l’objet scénique» sur lequel l’influence de Guy de Cointet fut déterminante. Menant à la fois un travail de recherche théorique et une œuvre plastique, il fait dialoguer dessins, sculptures, installations, écriture et performances. Depuis une dizaine d’années, son travail s’est recentré sur les codes du langage, tant textuels que corporels, ses pièces récentes pouvant être décrites comme des mises en scène d’éléments linguistiques et plastiques, et souvent musicaux.

 

Julien Bismuth / Partition -  04.11 —> 23.12.2016
Galerie G-P & N Vallois,  33 & 36, rue de Seine 75006 Paris

Renverser les grilles de lecture, donner lieu, faire place, être turbulent·e·s, assemblé·e·s. Manifestes. par Lou et Eric Darsan

Renverser les grilles de lecture, donner lieu, faire place, être turbulent·e·s, assemblé·e·s. Manifestes. par Lou et Eric Darsan

La vidéo : Shy Layers - Stabilized

La vidéo : Shy Layers - Stabilized