ENTRÉE DES ABONNÉSMember Login
Me connecter
Bienvenue, (First Name)!

Oublié? Show
Log In
Enter Member Area
Mon Profil Pas abonné? Inscrivez-vous Log Out
Sentry Page Protection
L'Autre Quotidien

Mode d'emploi

L'Autre Quotidien se lit en tournant les pages comme un journal . Utilisez les flèches à gauche et à droite de l'écran. Pour naviguer rapidement dans le site, cliquez l'icône menu. Le lien Archives vous donnera un accès direct aux grandes catégories du journal (Actualités, Art, Livres etc). Cliquer sur Aujourd'hui ramène au numéro du jour. Et voilà. C'est simple.

Kim Gordon et la noise de Body/Head

Kim Gordon et la noise de Body/Head

Depuis sa bio, Girl in a Band, qui mettait un terme définitif aux 30 ans de Sonic Youth, Kim Gordon, relocalisée à Los Angeles œuvre dans Body/Head avec Bill Nace. Leur second album, No Waves retrouve toutes les couleurs du bruit. Et c'est carrément réjouissant.

Depuis la sortie de son livre, Kim Gordon, 63 ans, a trouvé le temps de faire office de chanteuse concernée pour l'intronisation de Nirvana au Rock & Roll Hall of Fame, faire une apparition dans le feuilleton Girls, sortir son premier album en duo et, incidemment, balancer son premier single solo, en hommage à la culture autoroutière de Los Angeles, la sienne, Murdered Out.

No Waves, est un live de Body/Head constitué de trois performances noise enregistrées au Big Ears Festival en 2014. Basés sur l'improvisation, ces trois titres voient Gordon et Nace construire des grooves à partir de feedbacks et de vocaux concassés. A l'inverse des dernières pop songs de Sonic Youth, ce sont comme des cris qui remontent des profondeurs, et le seul point commun qu'on pourrait y trouver est la pochette de l'album réalisée par Raymond Pettibon (Goo), mais le son n'a vraiment rien à voir.

Body/Head No Waves, Matador Records

 

 

Les mises en abîme d'Illés Sarkantyu, ou le Shobogenzo visible

Les mises en abîme d'Illés Sarkantyu, ou le Shobogenzo visible

Aimer d'abord, il sera bien temps, ensuite, de savoir pourquoi on aime

Aimer d'abord, il sera bien temps, ensuite, de savoir pourquoi on aime