ENTRÉE DES ABONNÉSMember Login
Me connecter
Bienvenue, (First Name)!

Oublié? Show
Log In
Enter Member Area
Mon Profil Pas abonné? Inscrivez-vous Log Out
Sentry Page Protection
L'Autre Quotidien

Mode d'emploi

L'Autre Quotidien se lit en tournant les pages comme un journal . Utilisez les flèches à gauche et à droite de l'écran. Pour naviguer rapidement dans le site, cliquez l'icône menu. Le lien Archives vous donnera un accès direct aux grandes catégories du journal (Actualités, Art, Livres etc). Cliquer sur Aujourd'hui ramène au numéro du jour. Et voilà. C'est simple.

Le cinéma sans caméra du futur est là avec ses yeux laser… 

Le cinéma sans caméra du futur est là avec ses yeux laser… 

Le réalisateur Liam Young vient de dévoiler le trailer du premier film de fiction entièrement tourné avec des scanner laser ‘Where the City Can’t See’. Cette fiction assez effrayante n'est pas un long-métrage, mais elle offre néanmoins une vision dystopique du futur proche.


Quand on entend le mot scanner on pense d'abord à des accessoires de caisses enregistreuses de supermarché, mais ce n'est pas l'exemple le mieux choisi en l'occurrence. A moins d'avoir raté tous les blockbusters sortis ces dernières années, vous avez déjà vu des films où les scanners généraient des effets. Cette technologie dont l'acronyme LIDARse développe en "détection et placement de la lumière" agit comme un radar , une méthode d'analyse des variables de distance par pulsation avec des capteurs. C'est un des outils de base de génération de blocs dans la production d'effets visuels. 


Where the City Can’t See  se déroule dans une zone économique dévastée de Detroit, contrôlée et appartenant à des Chinois, où un travailleur à la chaîne dérobe un taxi pour trouver un endroit qui n'existe pas sur la carte.

 La musique très évocative de la bande son est tirée de Deep Breathing de Shigeto. La première du fil aura lieu le 12 novembre au Heart of Glass, avant la projection de Fenêtre sur Cour d'Alfred Hitchcock.

Liam Young n'est pas le premier réalisateur à  employer cette technique, déjà présente dans la vidéo du House of Cards de Radiohead en 2009, un clip tourné par James Frost ; mais c'est le premier à l'utiliser sur un aussi long format. Wait & See !


 

 

Tlaxcala : “Les langues devraient être des ponts, pas des murs“

Tlaxcala : “Les langues devraient être des ponts, pas des murs“

Destruction du bidonville : exercice d’auto-congratulation hier à Calais

Destruction du bidonville : exercice d’auto-congratulation hier à Calais