ENTRÉE DES ABONNÉSMember Login
Me connecter
Bienvenue, (First Name)!

Oublié? Show
Log In
Enter Member Area
Mon Profil Pas abonné? Inscrivez-vous Log Out
Sentry Page Protection
L'Autre Quotidien

Mode d'emploi

L'Autre Quotidien se lit en tournant les pages comme un journal . Utilisez les flèches à gauche et à droite de l'écran. Pour naviguer rapidement dans le site, cliquez l'icône menu. Le lien Archives vous donnera un accès direct aux grandes catégories du journal (Actualités, Art, Livres etc). Cliquer sur Aujourd'hui ramène au numéro du jour. Et voilà. C'est simple.

La femme forêt blanche de Jaume Plensa

La femme forêt blanche de Jaume Plensa

Jaume Plensa

Jaume Plensa

De toute évidence, la sculpture n’est pas une question de matériau, de dimension ou de poids ; c’est une question d’énergie.


Jaume Plensa, né en 1955 à Barcelone, crée des anamorphoses de têtes de jeunes filles, en fonte de fer, de 7 mètres de hauteur, comme de grandes silhouettes humaines composées de lettres et de symboles en acier inoxydable, dans l’esprit de "Nomade" installé à Antibes, et des personnages de lumière assis sur des mâts comme ceux qui dominent la Place Masséna à Nice.

Pour sa nouvelle exposition, La Forêt blanche, l’artiste a créé à partir de visages de jeunes filles, des figures en bois qu’il a ensuite transposées en bronze. Une patine d’un blanc mat les recouvre et leur apporte douceur et sérénité. « Si leurs yeux sont fermés, c’est pour mieux souligner la voix intérieure, l’âme qui vit dans l’obscurité de nos corps », dit Plensa.

Jaume Plensa -Sanna

Jaume Plensa -Sanna

 

Jaume Plensa — La Forêt blanche du 4 février → 24 mars 2016
Galerie Lelong - 13, rue de Téhéran du mardi au vendredi de 10h30 à 18h
Les samedis de 14h à 18h30   75008 Paris
www.galerie-lelong.com

Jaume Plensa -Lou

Jaume Plensa -Lou

Comment nous avons raté Blondie dans un remake d'Alphaville

Comment nous avons raté Blondie dans un remake d'Alphaville

Va-et-vient, par Emmanuel Delabranche

Va-et-vient, par Emmanuel Delabranche