ENTRÉE DES ABONNÉSMember Login
Me connecter
Bienvenue, (First Name)!

Oublié? Show
Log In
Enter Member Area
Mon Profil Pas abonné? Inscrivez-vous Log Out
Sentry Page Protection
L'Autre Quotidien

Mode d'emploi

L'Autre Quotidien se lit en tournant les pages comme un journal . Utilisez les flèches à gauche et à droite de l'écran. Pour naviguer rapidement dans le site, cliquez l'icône menu. Le lien Archives vous donnera un accès direct aux grandes catégories du journal (Actualités, Art, Livres etc). Cliquer sur Aujourd'hui ramène au numéro du jour. Et voilà. C'est simple.

Sally Mann et la vérité au treizième de seconde

Sally Mann et la vérité au treizième de seconde

Du bonheur de toujours découvrir de nouveaux artistes, de ces discours si particuliers que, les acceptant, vous y trouvez une proximité qui fait immédiatement partie de vous. Sally Mann, c'est du brutal.

Les photographies de Sally Mann sont toute de sensualité et révèlent une sexualité assumée. On ne peut qu’être troublé par les positions suggestives que prennent ses sujets, nymphes de lumière, apollon d’acier dans ses séries sur les enfants. La mise en scène travaillée au collodion humide, technique très datée, teint ses photographies d’un filtre romantique qui exalte les contrastes et les matières. Son œuvre est poétisée comme un souvenir, une image fantasmée, voire imaginée d’un esprit délirant. Nabokov a su l’écrire comme elle le photographie :

« Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins. Mon péché, mon âme. Lo-lii-ta : le bout de la langue fait trois petits pas le long du palais pour taper, à trois, contre les dents. Lo. Lii. Ta.

Le matin, elle était Lo, simplement Lo, avec son mètre quarante-six et son unique chaussette. Elle était Lola en pantalon. Elle était Dolly à l’école. Elle était Dolores sur les pointillés. Mais dans mes bras, elle était toujours Lolita
. »

Par ailleurs, pour parler de son travail, elle évoque plutôt littérature et poésie; voyant ses clichés comme des quasi poèmes au sens condensé, à la manière des haikus.  Et à chercher des équivalents écrits, c’est du côté du flot d’informations charrié par l'écriture d’Ezra Pound qu’elle se retrouve le plus, en appuyant sur sa singularité : «  beaucoup d’informations mais des informations émotionnelles, pas documentaires. »

Body Farm

Body Farm

Et comme elle travaille beaucoup à la pause, elle avoue distinguer un goût de la vérité qui n’est pas la vérité elle-même - seulement sa représentation au 13 e de seconde, à la vitesse de déclenchement de son obturateur. Photographe imprégnée de la culture du Sud, elle vit et travaille en Virginie, Sally Mann cherche la confrontation avec les plus dures des vérités.

Là encore, son discours efface la moindre banalité. "La vérité est un phénomène multi-couches et ma photographie va chercher à toutes les percevoir pour en montrer les divers strates.  Et mes séries sont construites ainsi, je pars d’une première photographie qui me donne envie d’explorer un registre particulier , puis je suis l’inspiration de ce que m’évoque le contexte et mon sujet est alors défini."

Self portraits Custom

Self portraits Custom

Dernier ouvrage paru : Hold Still ( 2015)
http://sallymann.com/

Les jours aveugles après la mort du fils

Les jours aveugles après la mort du fils

Tendance floue dans la peinture avec Johannes Kahrs

Tendance floue dans la peinture avec Johannes Kahrs