ENTRÉE DES ABONNÉSMember Login
Me connecter
Bienvenue, (First Name)!

Oublié? Show
Log In
Enter Member Area
Mon Profil Pas abonné? Inscrivez-vous Log Out
Sentry Page Protection
L'Autre Quotidien

Mode d'emploi

L'Autre Quotidien se lit en tournant les pages comme un journal . Utilisez les flèches à gauche et à droite de l'écran. Pour naviguer rapidement dans le site, cliquez l'icône menu. Le lien Archives vous donnera un accès direct aux grandes catégories du journal (Actualités, Art, Livres etc). Cliquer sur Aujourd'hui ramène au numéro du jour. Et voilà. C'est simple.

Des vinyles par bateau, par Sébastien Ménard

Des vinyles par bateau, par Sébastien Ménard

© AnCé t.

© AnCé t.

Plus au centre de la capitale et dans un appartement de la rue Enescu il y a des chats et des vélos — des tapis et des cartons — des bières et des sourires — des volets qu’on laisse presque fermés et des reflets sur les murs.

Dans un appartement de la rue Enescu — il y a l’histoire des vinyles et des fringues américaines qui remontent le fleuve jusqu’à cette ville où il n’y a plus rien à faire : les frontières laissent désormais passer depuis longtemps les vinyles et les fringues américaines — les clopes et les bouteilles venues d’ailleurs.

On voulait entendre cette histoire de vinyles qui remontent le fleuve sur un bateau et qui arrivent sur un vieux port du Danube — on voulait entendre la voix d’un gars pour dire en souriant qu’à cette époque on respirait comme ça — sur le quai d’un port de l’est — devant les eaux de l’Europe — en attendant les bateaux remontant le fleuve et leur cargaison — quelques caisses de vinyles des cigarettes de contrebande — des alcools des fringues et des rêves. Qu’importe la qualité de la viande et des légumes qu’il grille devant nous ce jour-là dans l’appartement de la rue Enescu — ce qui compte à ses yeux et pour notre récit — c’est la possibilité immédiate de griller de la viande et des légumes — d’allumer un amplificateur à ampoules et un ordinateur — passer des sons attrapés sur le web et danser et suer et raconter d’autres histoires.

Dans l’appartement de la rue Enescu — nous avons eu notre histoire et beaucoup d’autres — nous l’avons fêtée comme ce genre d’histoire se doit d’être fêtée — puis nous avons filé la route de l’Est comme nous devions filer la route de l’Est. Nous avons continué nos vies d’Indiens pas vraiment indiens mais qui rêvent encore — notre quête du héros moderne sans héros ni moderne — et notre monde et nos récits se tiennent comme ça.

Bucarest, Roumanie,
Sébastien MÉNARD


Sébastien Ménard écrit en continu sur le site diafragm.net. Vous pouvez également le retrouver sur Twitter @SebMenard.

Au-dessus de la ville, par Emmanuel Delabranche

Au-dessus de la ville, par Emmanuel Delabranche

Short-Cuts 12, par Nina Rendulic

Short-Cuts 12, par Nina Rendulic