Jaillir, par Kenny Ozier-Lafontaine
© Claire Morel

© Claire Morel

Il y a longtemps, les gens d'ici savaient, et dès l'enfance, que les pluies d'oiseaux rouges annonçaient la venue d'un ange.

Ici on oubliait.

On oubliait vite.

Je désirais encore l'écuelle et la niche, niche et écuelle d'où s'élèverait un brasier en vignes douces, sans crier gare. De ces choses-là, qui viennent et deviennent, un simple aperçu. Pas plus. Mais tout de même assez pour plisser les paupières, creuser les fossettes. Pour, j'allais clopinant, à cloche pieds ou rampant écorchant mes chemises. Je m'avançais, l'ombre nattée aux pierres. Je m'avançais, en avalanche, avec des grappins au flanc de mes torpeurs... traînant violemment, et ratissant, et pilonnant la ferraille bruyamment, j'avançais.

Déboulant de lueurs, bazardant sur mon passage les reliques et breloques trucs et machins devenus inutiles à mon étrange saillie. La poitrine ouverte sur la mer et son ressac, mes trucs et machins malgré tout, mais l'être en premier, tout devant, aux remparts et barricades où s'entrechoquaient mes absences.

Des pirogues montées du soir, des navires de musiques, accompagnaient mes cris, tout au fond du torrent. Décapuchonné, ma tête toute entière dans les bras du mica, j'avançais. Le sucre d'une plaie et des bandelettes de silence me coloriaient une autre face, une autre manière, une autre couture. Des fruits, mangues et sapotilles, accrochés à mes yeux m'éclairaient à nouveau. Mes canines et molaires pliées par l'effort, en miettes s'avançaient pour remercier la douleur.

Kenny OZIER-LAFONTAINE
 

© Vincent Lefèbvre & Kenny Ozier-Lafontaine

© Vincent Lefèbvre & Kenny Ozier-Lafontaine


  • Kenny OZIER-LAFONTAINE (parfois Paul Poule) est poète, plasticien, vidéaste, né pour la première fois à Fort-de-France, Martinique.
  • Claire MOREL, plasticienne, travaille sur le lien entre soi et les autres, soi et les autres soi, soi et son soi-même. Retrouvez son blog ici.
  • Vincent LEFÈBVRE n'existe pas. Son site, oui.