Tadzio, le noir qui soulage… 

Tadzio, le noir qui soulage… 

Comme Vicente Munoz, Tadzio cherche l’abstraction avec ses clichés sous-exposés d'architecture. Mais là où le premier travaille sur les reflets, le second privilégie la lumière qui tire sur le noir.

« Une façon aussi de laisser penser que j’ai pu photographier un instant qui n’a pas existé, puisque les images sont faites en plein jour, mais laissent supposer une autre temporalité».

Dans ses séries précédentes, le thème de la condition humaine était omniprésent. L’homme semblait opprimé par l’environnement urbain, glacé dans une architecture contemporaine d’une froideur palpable. Dans cette série, l’artiste se sert d’éléments architecturaux similaires pour composer, à l’inverse, une œuvre abstraite lyrisque. Un travail de monochromie surprenant qui contribue, selon les mots de l’historien d’art Daniel Abadie, « à transformer ces fragments du réel en étonnants tableaux abstraits, évoquant les peintures d’Ad Reinhardt où le noir, loin d’être uniforme, finit par révéler grâce à ses infimes variations de nuances – que l’œil ne découvre qu’après une lente acclimatation – la structure géométrique qui est l’ossature et la composante même du tableau ».

La « lumière noire » de Tadzio peut aussi faire penser à l’esthétique japonaise, d’abord par la pureté de ses lignes, mais encore parce qu’elles évoquent la notion de « ma », dans laquelle il n’y a pas de distinction entre le temps et l’espace. Pour l’artiste, chacune des images présentées à la Maison Européenne de la Photographie porte en elle cette idée d’un instant figé dans l’intervalle de deux objets : la bordure du bâtiment et le ciel infini.

Tadzio - Lumière Noire -> 05/06/16
La Maison Européenne de la Photographie
5/7 Rue de Fourcy - 75004 Paris
Du mercredi au dimanche, de 11h à 19h45. Fermeture des caisses à 19h30.
Tarif réduit : 4.5 €, sinon 8€