ENTRÉE DES ABONNÉSMember Login
Me connecter
Bienvenue, (First Name)!

Oublié? Show
Log In
Enter Member Area
Mon Profil Pas abonné? Inscrivez-vous Log Out
Sentry Page Protection
L'Autre Quotidien

Mode d'emploi

L'Autre Quotidien se lit en tournant les pages comme un journal . Utilisez les flèches à gauche et à droite de l'écran. Pour naviguer rapidement dans le site, cliquez l'icône menu. Le lien Archives vous donnera un accès direct aux grandes catégories du journal (Actualités, Art, Livres etc). Cliquer sur Aujourd'hui ramène au numéro du jour. Et voilà. C'est simple.

Entre Biafra et dictature, cinq ans de rock nigérian

Entre Biafra et dictature, cinq ans de rock nigérian

Pendant que le monde occidental défilait avec des fleurs contre la guerre au Vietnam et dépavait les rues de Paris, l'Afrique de l'Ouest post-coloniale avait à faire avec le Biafra et des millions de Nigérians y laissaient leur peau. De quoi donner envie de s'exprimer au sortir du conflit, ce que documente ces compiles passionnantes. 

Compilé par le même musicologue nigérian Uchenna Ikonne qui a retrouvé la trace de William Onyeabor et s’est attelé à un essai pour débrouiller l’écheveau du rock nigérian de 1972 à 1977, après les quatre ans de guerre du Biafra et avant trente ans de dictature, ce Wake Up You! The Rise and Fall of Nigerian Rock en deux volets balance deux fois 18 titres, pour montrer les conditions de vie et de créations des musiciens rock nigérians, au moment même ou Fela attirait toute l’attention sur le pays et les ventes de disques.  On y trouve aussi bien les groupes connus comme les Hykkers et les Funkees,  Ify Jerry Krusade, ou les Strangers, que d’autres moins célébrés à l’époque, mais qui font la trame de ce rock africain, sans la limiter à l’irremplaçable psyché de saison.

Ofo the Black Company

Ofo the Black Company


Du côté des merveilles, on a Black Company avec “Beautiful Daddy" et ” Graceful Bird” de War-Head Constriction, deux tueries psyché à guitares hurlantes, ligne de basses ronflantes et une batterie à la polyrythmie entêtante, dont la seconde rappelle étrangement Can avec Malcolm Mooney… . Les Apostles et leur “Never Too Late” de 1976 avancent un titre afro-beat sous influence Fela de bon aloi. Mais on trouve beaucoup d’exemples à sensibilité Motown, comme le Formulars Dance Band avec “Never Never Let Me Down” de 1973 qui fleure bon l'adaptation des Beatles ou de la soul psyché, genre Temptations à fond dans Cloud Nine , comme les Strangers de “Onye Ije” de 1972, quand ce n’est pas un titre reposant sur le son du Farfisa et des congas de “Groove the Funk” par Aktion de 1975. Rien à  jeter côté son.

 Mais, le plus intéressant est dans le travail de recherche inestimable effectué par le compilateur qui est parti en quête de tous les témoignages possibles avec textes et photos, historiques et entourage des groupes pour développer sa thèse sur l’héritage culturel de ses groupes, qui va souvent à l’encontre de la doxa africaine sur cette même histoire.  Belle réussite dont on attend le second volume.

Et, de plus, bel objet se présentant de double manière ; soit des livres de 100 pages chacun avec photos trouantes en noir et blanc et doc de fondu, incluant un CD à chaque fois ( format long book) , soit deux vinyles à rabat laissant la place pour un livre dans le rabat. Le premier volume sort ces jours-ci, le second courant mai.

-> Alors,  en avant-première du second volume, à sortir d'ici une dizaine de jours, un peu plus de musique avec les Waves et une vidéo récapitulative du projet

Wake Up You! The Rise and Fall of Nigerian Rock - compilation (Now-Again Records )

Version LP

Version LP

Version Livre + CD

Version Livre + CD

Antwood et la danse en mode intelligence artificielle

Antwood et la danse en mode intelligence artificielle

Un premier mai pas comme les autres

Un premier mai pas comme les autres