La Nuit

Nuit Debout : l'étape d'après, par Frédéric Lordon

La Nuit
Nuit Debout : l'étape d'après, par Frédéric Lordon

Puisque nous sommes là pour réfléchir et pour nous poser quelques questions fondamentales : où allons-nous ?, que voulons-nous ?, que pouvons-nous ? Autant saisir toutes les occasions, même quand elles sont fortuites ou qu’elles semblent anecdotiques. Parfois des occasions anecdotiques ont un pouvoir de révélation sans pareil.

C’est le cas de l’affaire Finkielkraut. Rien ne nous permet mieux d’expliciter qui nous sommes, et ce que nous voulons, que cette histoire de corne-cul. Elle nous permet également a contrario, d’apercevoir à quoi nous devons l’accueil relativement favorable qu’a reçu la Nuit debout dans les médias jusqu’ici et peut-être de ne pas nous faire trop d’illusions quant à sa longévité. Je ne parle évidemment pas ici des journalistes de terrains qui sont sur la place. Ils sont jeunes, ils sont précarisés. Pour bon nombre d’entre eux, ils ont toutes les raisons du monde de se reconnaître dans le mouvement. Je parle de la chefferie éditocratique, qui confisque la parole autorisée. Et les constants efforts de cette chefferie, c’est de pousser le mouvement qui les déborde complètement, dans un sens qu’ils croient contrôlable. Et en l’occurrence dans le sens de ce que j’appellerai le citoyennisme intransitif. C’est-à-dire le citoyennisme pour le citoyennisme, qui débat pour débattre, mais ne tranche rien, ne décide rien et surtout ne clive rien. Une sorte de rêve démocratique cotonneux précisément conçu pour que rien n’en sorte. Et même pour qu’on oublie aussi vite que possible la raison première qui nous a rassemblés : renverser la loi El Khomri et son monde.

Dans ce marais d’impuissance où les chefferies médiatiques voudraient nous embourber, le message central ressemble à ces forfaits que pratiquent les usines à touristes de la Costal del Sol : « All inclusive ». Nous voilà donc sommés d’être inclusifs, sans limites, d’accueillir tout le monde sans la moindre discrimination puisque c’est bien connu la démocratie ne souffre d’aucune discrimination. Oui mais voilà, ce pays est ravagé par deux violences à grande échelle : la violence du capital, et la violence identitaire raciste, cette violence, dont Finkielkraut est peut-être le propagateur le plus notoire. Mais au nom du démocratisme « all inclusive », les médias, qui seraient les premiers à nous faire le procès de devenir rouge-brun si le service Accueil et Sérénité ne faisait pas méthodiquement la chasse aux infiltrations, ces mêmes médias, qui nous demandent d’accueillir démocratiquement Finkielkraut : eh bien non.

Alors je vais le dire ici d’une manière qui pourra en froisser certains, je m’en excuse, mais je le dis quand même : nous ne sommes pas ici pour faire de l’animation citoyenne « all inclusive » comme le voudraient Laurent Joffrin et Najat Vallaud-Belkacem. Nous sommes ici pour faire de la politique. Nous ne sommes pas amis avec tout le monde. Et nous n’apportons pas la paix. Nous n’avons aucun projet d’unanimité démocratique. Nous avons même celui de contrarier sérieusement une ou deux personnes. Alors oui, du moment où les chefs éditocrates s’apercevront que nous ne voulons pas aller dans l’impasse où ils nous dirigent, leur bienveillance apparente pourrait connaître quelques altérations. Ils nous diront sectaires, comme ils disent sectaires ceux qui refusent d’aller dans leur secte. Car s’il y a bien une secte malfaisante en France depuis 30 ans, c’est la leur : la secte de l’oligarchie néolibérale intégrée. Alors il faut s’y préparer et ne pas redouter ce moment. Ce sera peut-être même un assez bon signe : le signe que nous commençons vraiment à les embêter. Car je pose la question : a-t-on jamais vu mouvement sérieux de contestation de l’ordre social célébré d’un bout à l’autre par les médias organiques de l’ordre social ? Et pour terminer là-dessus, je voudrais dire à ceux qui peuvent être fascinés par le mirage de l’unanimité démocratique, que d’après leur propre projet même : refaire le monde, c’est prendre le risque de déplaire à ceux qui ne veulent pas du tout que le monde soit refait. Et qui ont même de très puissants intérêts à ce qu’il demeure identique.

Alors justement à ce propos, je voudrais revenir pour les clarifier sur une ou deux choses qui méritent précision. Nous ne revendiquons rien. Il ne m’a pas échappé que cet énoncé était voué à être regardé de travers par les organisations syndicales, et c’est assez légitime. Leur grammaire d’action est par essence, d’emblée, revendicative. Or je considère que l’action de concert avec le grand nombre des salariés, donc avec leurs organisations, est d’une telle importance pour la Nuit debout que je veux absolument défaire ce malentendu. On ne pouvait pas se méprendre davantage à propos de cette formule dont je concède qu’elle avait tout pour qu’on se méprenne à son sujet, qu’en la lisant comme une sorte d’appel au désinvestissement ou au renoncement à l’action revendicative. Dans de très nombreuses situations de luttes locales, ou défensives, revendiquer n’est pas une option, c’est une nécessité, et parfois même vitale.

Mais par cette formule, à visée manifeste de provocation, je voulais dire, je voulais signaler les limites du registre purement revendicatif. Et ces limites n’apparaissent jamais si bien que lorsque les revendications tentent de se faire globales. Or, et là encore je vais exagérer mais pour tordre le bâton, nous pourrons défiler autant que nous voulons pour réclamer des hausses de Smic, les 32 heures ou l’extension des droits sociaux, ceci n’aura pas de sens tant que nous ne remettrons pas simultanément en question les structures du néolibéralisme qui ont précisément pour effet et peut-être même pour projet de frapper d’impossibilité toutes ces revendications. Coincés entre la financiarisation, le pouvoir actionnarial, le libre-échange sans fin, les délocalisations idem, l’euro-austéritaire, les revendications globales du système salarial n’ont aucune chance. Quand les libéraux disent « Tina », « There is no alternative », eh bien ils disent objectivement vrai, mais d’une vérité conditionnelle. Oui il est objectivement vrai que lorsqu’on a installé le cadre de toutes ces structures néo-libérales que je viens de nommer, il n’y a plus d’alternatives. Et le cadre était fait précisément pour ça : pour toutes les annuler. Cependant, s’il n’y a plus d’alternatives dans le cadre, il y a toujours l’alternative de refaire le cadre. Mais ça c’est de la politique, ça n’est plus exactement du revendicatif. On comprend très bien qu’on ne va pas porter les revendications de refaire le cadre auprès des gardiens du cadre. On les chasse. Et puis on le refait politiquement. C’est-à-dire qu’on le refait pour récréer les conditions de possibilité revendicative.

Alors ça n’était peut-être pas très clair mais voilà ce que j’entendais il y a quelques jours en parlant de la Nuit debout comme un mouvement télescopique. A un bout, l’Assemblée générale et son énergie. Toute la force d’initiative spontanée de la place : partir pour un comico où des camarades ont été arrêtés. Avant-hier, en commission, il y a quelqu’un, il s’appelle Benjamin, je ne sais pas qui c’est, il a dit ceci : « Il faut mettre des grains de sable partout. » C’est très intéressant ça, qu’est-ce que c’est, « mettre des grains de sable » ? C’est débouler dans le débat d’Anne Hidalgo, c’est débouler dans la conférence d’une association d’étudiants à l’ESCP qui a fait venir Florian Philippot. Bref, c’est dans une multitude de lieux, faire dérailler le cours normal des choses. Et donc les harceler, leur ôter toute tranquillité.

Et puis à l’autre bout, il y a des idées fortes, à marteler, qui sont des objectifs politiques échelonnés selon leur degré d’ambition et d’éloignement. Et la première bien sûr, c’est l’idée de la jonction. La jonction du militantisme de centre-ville, des classes ouvrières et de la jeunesse ségréguée des quartiers. Oui quand cette force sera constituée, elle sera irrésistible. Et puis il y a les idées du cadre à refaire : interdire les banques d’activité spéculative, neutraliser le pouvoir actionnarial, dégommer les traités assassins, les traités européens, et le Tafta, voilà un objectif ! Dans le spectre très large de ces actions, la Nuit debout est là pour lancer des choses nouvelles. Certaines idées sont lointaines, c’est vrai : la grève générale, la République sociale, c’est loin, c’est vrai. Mais pour qu’elles fassent leur chemin, le minimum, c’est de mettre en route ces idées. Et de les mettre en route tout de suite.

Frédéric Lordon, à l'assemblée "Nuit Debout : l'étape d'après"