SHORT-CUTS 14, de Nina Rendulic

SHORT-CUTS 14, de Nina Rendulic

au bout de chaque semaine, ce(ux) que je retiens dans la réalité subjective du monde qui nous entoure

krajem svakog tjedna, ko/čega se sjećam u subjektivnoj stvarnosti svijeta oko nas


semaine du 18 / 4 / 16

"Ce qui m’emmerde le plus c’est la possibilité de choix."

Le ciel est bas. Les tons gris se déversent sur l’horizon et envahissent les plus hautes branches des arbres, encore nues, ou presque. A la lumière tamisée, comme poussiéreuse, la ville se déploie, une ville désaturée, fatiguée. Dans l’air une odeur d’ozone. Ça finira par éclater. Un changement imminent, dans un silence cosmique. Deux oiseaux survolent le lac. Au loin on entend passer le train. Ce n’est que lorsque le ciel est bas que les trains passent à voix haute.

 

La vie matérielle

"J’ai toujours vécu comme si je n’avais aucune possibilité de m’approcher d’un modèle quelconque de l’existence. Je me demande sur quoi se basent les gens pour raconter leur vie. C’est vrai qu’il y a tellement de modèles de récits qui sont faits à partir de celui de la chronologie, des faits extérieurs. On prend ce modèle-là en général. On part du commencement de sa vie et sur les rails des événements, les guerres, les changements d’adresse, les mariages, on descend vers le présent."

En 1987 j’ai deux ans, et Marguerite en a soixante-treize (au final, nous aurons respiré le même air pendant dix ans et demi). Je ne parle pas français, encore, mais j’ai déjà appris toutes les lettres de l’alphabet croate. J’ai des cubes blanches aux lettres bleues, chacun tient à peine dans le creux de ma petite main, et en les alignant je peux former des mots avec. J’écris : mama ou tata, peut-être. Marguerite, quant à elle, a presque terminé d’écrire. Il ne lui reste plus que cinq romans. En 1987 elle parle à Jérôme Beaujour. De sa vie ? Trop prétentieux. De ses amours ? Pareil. Des fragments, de ses souvenirs ? Trop barthésien. Elle n’aime pas l’écriture de Barthes, elle dit. La vie matérielle, ce sont des enluminures, plutôt. Une nuit dans un hôtel au bord de la Loire. La cuisine à Neauphle. Les caresses d’un inconnu dans le train de Bordeaux. Une famille, un été, sous les rails d’un TGV. Le tout avec une délicatesse subjective, la distance est abrogée, nous sommes complices : Marguerite elle aussi fait l’amour et les listes de courses. Dans ces conversations, déjà un choix, choix des thématiques, décontextualisation, comment je me représente, et de ces conversations Marguerite écrit des monologues. Exercice radical : supprimer les questions, abroger les sujets, la chronologie, intérioriser les pensées, se réapproprier son être, revendiquer ses mots, intervenir dans la chair de ses propos, les reformer, les déformer, avoir du temps, de regarder le tout, le temps de l’écrit n’est pas linéaire, se laisser le droit à l’oubli, produire un texte, un Texte, un tEXte… Pour réécrire son histoire, pour se réinventer, pour s’offrir à l’inconnu, à un inconnu, Marguerite, pourquoi supprimes-tu le dialogue ?

Après la fin, ce qui reste, c’est ce qui n’y était plus…

Nina RENDULIC


Nina Rendulic est née à Zagreb en 1985. Aujourd'hui elle habite à 100 km au sud-ouest de Paris. Elle aime les chats et la photographie argentique. Elle vient tout juste de terminer une thèse en linguistique française sur le discours direct et indirect, le monologue intérieur et la "mise en scène de la vie quotidienne" dans les rencontres amicales et les dîners en famille. Vous pouvez la retrouver sur son site : ... & je me dis