Après moi, par Kenny Ozier-Lafontaine
© Julie Perin

© Julie Perin

 

APRES MOI

je veux pas, j'aime pas,
je veux bien, mais avec
des si et des s'il vous plait
et des si seulement et des si jamais,
je veux pas n'aime pas
mourir,
pas l'écrire, l'entendre
dire,
j'ai bien trop l'habitude des miroirs, des rues piétonnes,
des couettes et des regards,
des passages vers moi-même, oui...
j'aime pas... découdre l'os du gibier,
l'ombre de mon pas,

... on entend dire, ci et là
qu'un jour viendra,
j'ai bien entendu (faut pas mentir)
qu'un jour et puis s'en va
de pluie,
jour et puis tant pis,
jour, oui, sans miroir
et sans moi...

 

Kenny OZIER-LAFONTAINE

© Vincent Lefèbvre & Kenny Ozier-Lafontaine

© Vincent Lefèbvre & Kenny Ozier-Lafontaine

 

APRÉ MWEN DLO PÉKÉ MONTÉ MÒN

an pa vlé, an pa enmé
an byen vlé, men èvè on ti gou sikré
on ti gou si a dou manman
évè bay koko pou savon
an vé pa, pa enmé-y
lanmò lasa,
maké-y évè tan-li pi mové ankò
an toujou ba la ri chenn
an mofwazé évè sòsyé adan glas an mwen
toujou bobi an kat chimen
padavwa an toujou konnèt kay téka bouyi an
kannari an mwen,

ki dyab lafimé san difé
dyab fwomajé ki patini dowlis
an tan di konsa bòd lanmè pa lwen,
bod lanmè pa lwen,
an byen tan ! ( pa fè wòl manti )
jòd la sé bèlté dèmen sé HAK !
la pli épi HAK !
on jou, bondyé mèsi, kon bag é dwèt,
HA'AK épi ayen...