Half-Mute de Tuxedomoon, retour sur un jalon 80's du son californien

Half-Mute de Tuxedomoon, retour sur un jalon 80's du son californien

Give me new noise, give me new affection
Strange new toys from another world
I need to see more than just three dimensions
Stranger than fiction
Faster than light
(What Use?, Tuxedomoon)

Quand débarque cet album en 1980, on se dit qu'une jonction a enfin été établie entre le Roxy Music avec Brian Eno, pour l'emploi des synthés, et les visions futuristes du Bowie de la trilogie berlinoise. "Half Mute", premier envoi de Tuxedomoon sonne pourtant totalement à part - et c'est un chef d'œuvre dont on voit bien qu'il provient de Californie (et David Lynch en usera sur "Eraserhead"), sans pourtant bien comprendre que ces olibrius ont bien écouté et les compositeurs minimalistes et la musique contemporaine de la décennie passé, pour mieux dégraisser le son du rock, et joué du jazz en version No wave plus proche de James Chance que de John Lurie. 

Sans être un groupe cold essentiellement synthétique, comme la vague anglaise qui va déferler avec Depeche Mode, Orchestral Manœuvre in the Dark ou Cabaret Voltaire et Throbbing Gristle, Tuxedomoon joue d'une complémentarité entre le son sec des synthés, le saxo free et surtout le violon virtuose de Blaine Reiniger. Tout cela, sans batterie ni guitare et avec une mélancolie proprement européenne. Les seuls équivalents sonores de 1980 étant le Wall of Voodoo angeleno de Stan Ridgway en version plus rock, les Helvètes de Yello et les New Yorkais groovy du Indoor Life de Jorge Socarrás. Juste avant ESG, A Certain Ratio et Liquid Liquid… 

Un disque coup de poing dans le paysage rock d'alors, qui enterre d'un coup le rock à guitare avec ses synthés fracassés, son violon obsédant, ses voix intrigantes, sa basse canon et son saxo hurleur. Le son reste aussi tendu, trente cinq ans plus tard avec les paysages métaphysiques de Seeding the Clouds et le contrat esquissé dans les paroles de What Use? :  Give me new noise, give me new affection - Strange new toys from another world- I need to see more than just three dimensions- Stranger than fiction- Faster than light) Des nouveaux sons, une autre affection, des objets neufs en provenance d'un autre monde, une vision à quatre dimensions, des trucs plus étranges qu'on l'imagine et ce, à la vitesse de la lumière… )

Euphémisme de dire que le contrat est respecté, en évoquant même, sur la fin le Modern Dance de Pere Ubu, autre jalon du rock américain via Street Waves versus Seeding the Clouds. Et ce, à tel point que trente cinq ans plus tard, les membres originaux de la formation: Steven Brown, Peter Principle et Blaine Reininger, rejoints par Luc van Lieshout et Bruce Geduldig, refont une tournée avec l'album en version revisitée ce printemps en Europe - où le groupe, mésestimé chez eux, avait fini par s'installer à Bruxelles pour signer avec Crammed Disc.

A cette occasion, l'album ressort remixé de frais avec un vrai gros son et une clarté nouvelle doublé d'un album (revisited ) Gimme New Noise conçu par Philippe Perreaudin, membre fondateur du groupe français Palo Alto. On y trouve 13 artistes associés pour relire l'album et les singles associés : Foetus/Jim Thirlwell, Aksak Maboul, Simon Fisher Turner, DopplAr (avec2 membres d'Amatorski), Cult With No Name, ainsi que des interventions des trois compositeurs originaux d'Half-Mute, Steven Brown, Peter Principle et Blaine Reininger.


Tuxedomoon Half-Mute Reflected (Crammed Disc) - ressortie en 2Cd's incluant l'album Gimme New Noise et Gimme New Noise en vinyle seul avec un maxi en bonus.

Tuxedomoon en concert à la Maroquinerie le 31/05

Jean-Pierre Simard