La pop barrée avant garde d'Adult Jazz fait du bien aux neurones

La pop barrée avant garde d'Adult Jazz fait du bien aux neurones

Si vous aimez les chansons sans concession, façon Dirty Projectors, avec Adult Jazz vous allez être servis, car leur second envoi Earrings Off est encore plus barré que leur Gist Is de 2014.


Au premiers accords, on pense à Alt-J, mais cela va beaucoup plus loin. C’est encore plus fin à la production et plus aventureux dans les thématiques bordés. Retrouverait-on de la pop qui cherche ses marques ailleurs que dans le mainstream et qui pousse en avant d’un même mouvement compositions et prises de position aussi esthétiques que politiques ? La réponse est oui, définitivement. Et c’est tant mieux. Après Anohni, Adult Jazz s’attaque aux identités du genre (sexuel), ses privilèges et ses stéréotypes.

Harry Burgess s’en donne à cœur joie dès le premier titre éponyme avec une mélodie tordue que n’aurait pas renié Andy Partridge sur English Settlement pour pousser son falsetto au travers de rythmes bien déviants.  Les paroles du premier titre sont inspirées de l’enfance de Burgess et de souvenirs avec son frère et un de ses amis qui portaient des stickers sur les oreilles comme des casques, et qui se sont fait copieusement enguirlander  par un adulte de passage. Plus loin, Eggshell traite de problème de genre en expliquant que peut-être les mots ne sont pas à la hauteur ni la justesse du sujet abordé ( “Maybe the language doesn’t know what’s going on”)  et de continuer avec un sublime “Let’s talk, creature to creature.” Et cela se joue sur des interjections instrumentales avec des timbres différents qui se jouxtent sans jamais se chevaucher. Plus loin, encore mélodique, mais plus axé mécanique, “Ooh Ah Eh” mélange des samples vocaux qui finissent par disparaître dans le mix instrument et percussions. Des sept titres présents, trois sont instrumentaux et le format hésite entre EP et album… En fait, c’est un mini-album dont le mélange expérimental vraiment réussi de cordes,  percussions, d’objets percussifs et de manipulations sonores sur “Cry For” le positionne autant dans l’avant-garde que dans une formule pop, à respecter pour les efforts déployés.


Comme pour Gist Is, Earrings Off!  est un terrain à investir après plusieurs écoutes tant la matière sonore en est riche et les mélodies et articulations ne se dévoilent pas à la première écoute. De la pop music, au sens noble du terme, qui s'invente en se dévoilant

Adult JazzEarrings Off! (Tri Angle Records )