À Raşinari, trois fois. Par Sébastien Ménard

À Raşinari, trois fois. Par Sébastien Ménard
© AnCé t.

© AnCé t.

Parmi les lieux qu’on fréquente à plusieurs reprises : ajoutons le mot Raşinari.

Disons-le trois fois.

jour I

nous arrivons à Raşinari

en cherchant le coin de notre nuit

on ne sait rien

de Raşinari

des montagnes qui se dressent devant

et des soleils qui s’écroulent

nous attendons tout

de Raşinari

et du vieux monde

nous cherchons

une fois de plus

tellement de choses

notre héros des poèmes

des liquides des clins d’œil

notre tendresse à tous ici bêtes

et tout file

une odeur d’air frais

depuis la montagne vers le plateau

je

ne sais rien

ni même Raşinari

ni même le nom des choses

ni même les lieux des cartes

jour II

un troupeau de bêtes

à Raşinari les bêtes

rentrent le soir

il dit ça

si bien

le poète de l’est lui aussi

et le soleil tape dans l’angle de nos visions

déclenche déclenche déclenche

combien de fois

« vieille carne » qu’il ose dire

lui

donc

puis serrons-nous dans nos bras disons-le vraiment

jour III

à Raşinari je copie-colle

des souvenirs des routes

et des récits de berger

que nous cherchons tous que cherchons-nous

va savoir

quelques gosses

ils font éclater

des pétards des claque-doigts

sur le bitume

un vieil homme

il vide son sac

de noix son sac plein de noix

dans nos mains

tous ici

nous rions

nous rions

nous rions

puis chancelant les corps

sur la route de l’est

une fois de plus

Sébastien Ménard

Marathon, Grèce.


Sébastien Ménard écrit en continu sur le site diafragm.net. Vous pouvez également le retrouver sur Twitter @SebMenard. Et découvrir le livre Soleil gasoil aux éditions publie.net