La Monumenta 2016 sous l'empire de Huang Yong-Ping

La Monumenta 2016 sous l'empire de Huang Yong-Ping

Depuis 2007, Monumenta invite un artiste d’envergure internationale à se confronter à la Nef du Grand Palais, une surface de 13 500 m² et une immense verrière de 35 mètres de hauteur. Anselm Kiefer, Richard Serra, Christian Boltanski, Anish Kapoor, Daniel Buren, Ilya et Emilia Kabakov s'y sont succédé pour relever ce défi. Huang Yong-Pin prend à son tour le relais.

Huang Yong Ping est l’artiste de toutes les démesures. A de multiples occasions il a su démontrer la puissance de ses installations monumentales devenues sa marque de fabrique. Depuis Les Magiciens de la Terre en 1989 où ses livres lavés à la machine envahissaient l’espace de la Grande Halle de la Villette, jusqu’à son Arche de Noé grandeur nature (Arche 2009, 2009) dans la chapelle des Beaux-Arts de Paris, en passant par la Biennale de Venise (Un Homme, neuf animaux, 1999) où ses animaux mythologiques transperçaient le toit du Pavillon Français, l’originalité de ces installations réside dans leur caractère éminemment contextuel : chaque œuvre est directement inspirée du contexte historique, politique, sociétal et architectural de son lieu d’exposition.

Huang Yong Ping est né en 1954 en Chine. il vit depuis 1989 en France où il s'est installé à Ivry-sur-Seine. Figure majeure de l’avant-garde chinoise des années 1980, il y a fondé le mouvement Xiamen Dada, dont le mot d’ordre était « Le zen est Dada, Dada est le zen ». UN des fondateurs de l’art contemporain en Chine, il a réalisé au sein du groupe des actions radicales et qui cultivaient un goût certain pour le paradoxe et la contestation par l’absurde. Dès cette époque, son œuvre instaurait des correspondances entre art, vie et politique. S’inspirant des récits mythiques, qu’ils soient religieux ou philosophiques, il a revisité et mixé des croyances et référents d’Orient et d’Occident dans un travail remettant en cause les certitudes. Suscitant fascination et inquiétude envers les transformations du monde, il met en scène de façon grandiose et onirique des animaux et nous alerte sur la troublante et inquiétante actualité de ces mythes.

Ainsi Serpent d’Océan, œuvre pérenne installée sur la plage de Saint-Brévin-les-Pins, près de Saint-Nazaire, est un squelette de serpent en métal de 120 mètres de longueur, comme un monstre géant qui semble échoué depuis un temps immémorial. En confrontant magie et mythes, politique et mise en perspective animalière du monde de l'art, Huang Yong Ping est un lanceur d'alerte. A quand une œuvre croisée avec Edward Snowden ?

Huang Yong-Ping Empires -> 8/05-18/06/16
Monumenta 2016 au Grand Palais à lanef
Avenue Winston-Churchill 75008 Paris