Convocation des héros, par Sébastien Ménard
Photo par AnCé T

Photo par AnCé T

Des lunes. Des formes dans la nuit. Des herbes humides. Un fleuve. Des mots qu’on

se dit puis qu’on oublie. Des convocations de héros.

ni personne ni bête ni

quoi d’autres vivantes choses ne savent

ou bien ne s’abstiennent du nom des héros

de la forme de leurs corps

l’un d’entre eux déjà

pourrait-il se souvenir seulement

être déjà venu être lui-même

le héros elle-même

l’histoire

ils s’habilleraient dans le noir

et chevaucheraient quoi sinon leurs rêves voilà

des bêtes à chevaucher des illusions

ils courent ils courent

les héros en collant cape et bottes si tu veux

peut-être bien s’étaient-ils dit

des choses pareilles ou des choses différentes

ils creuseraient un tunnel à faire déboucher

des ombres

ils couperaient le barbelé des frontières des barrières

ils tagueraient les murs en béton dynamite à poème ils

je dis ils ce serait elles

forcément

mettraient leurs masques tendres nus bêtes à poil

peut-être

et de leurs yeux caresseraient des silences

tout leur monde les héros sauraient

la façon de les arpenter ce seraient comme des sauvages

à manière de remuer des nuits enfin

ils diraient à voix haute

ce qui doit être dit

à voix haute

ils diraient sans trembler

ce qui les fait trembler

ils n’auraient plus peur de rien surtout pas

des plaines de l’est des montagnes de l’est

des rivières de l’est des récits de l’est

de leur tendresse de l’est et d’infini de l’est qu’importe notre

Est lointain tout proche ou d’ailleurs ou bien autre chose

ils s’en accommodent comme on dit les héros ils jouent d’un instrument

ils se taisent longtemps ils se serrent les uns les autres et tous et

tous c’est vraiment n’importe quoi dis-tu

c’est une histoire de l’est et si tu serres fort les yeux

si tu fermes un peu les poings

et si tu te concentres un peu tu verras tout est déjà là

tout à commencé

Sébastien Ménard


Sébastien Ménard écrit en continu sur le site diafragm.net. Vous pouvez également le retrouver sur Twitter @SebMenard. Et découvrir le livre Soleil gasoil aux éditions publie.net