ENTRÉE DES ABONNÉSMember Login
Me connecter
Bienvenue, (First Name)!

Oublié? Show
Log In
Enter Member Area
Mon Profil Pas abonné? Inscrivez-vous Log Out
Sentry Page Protection
L'Autre Quotidien

Mode d'emploi

L'Autre Quotidien se lit en tournant les pages comme un journal . Utilisez les flèches à gauche et à droite de l'écran. Pour naviguer rapidement dans le site, cliquez l'icône menu. Le lien Archives vous donnera un accès direct aux grandes catégories du journal (Actualités, Art, Livres etc). Cliquer sur Aujourd'hui ramène au numéro du jour. Et voilà. C'est simple.

Le rock ne tourne plus rond ? Renvoyez-le au Garage !

Le rock ne tourne plus rond ? Renvoyez-le au Garage !

Pour parler de ce livre on aurait presque envie de reprendre le titre original de l’ouvrage le plus connu de Lester Bangs : Psychotic Reactions & Carburetor Dung, à traquer le salace, l’outrecuidant, le véloce, le crapoteux, le virtuose dans l’amateurisme et, surtout, le son qui fait mouche, hors cadre, le garage quoi…

Alors, pour ce faire, l’encyclopédiste Christophe Brault a choisi la voie historique, une piste bleue, quand il en existe des noires… Mais il a bien fait le job, en commençant par un petit survol d’une vingtaine de pages pour en décrire les modalités successives. On le suit un instant: émergeant à la fin des années 50, et apportant un style brut, sale, punk avant l’heure, son archétype sera Louie Louie de Richard Berry interprété par les Kingsmen en 1963. Puis, les Beatles et la british invasion forceront en retour aux USA un son encore plus sale et saturé qui prendra tour à tour les couleurs du psychédélisme, du rock dur des seventies ( mon correcteur réécrit les éventées… ) du pub au punk, en passant par le psycho, pour revenir en force au début des années 2000 et durer depuis du côté des Jim Jones et autres Oh Sees, voire de Ty Segall aux Black Lips.

A vouloir parler de milliers de groupes du monde entier on retient les précurseurs Sonics , Count Five, Standells,  qu’on suit dans un nuage parfumé de guitare fuzz, de Farfisa et de distorsion. Et un des numéros uns - immortel - au Billboard sera 96 Tears de ? Mark & the Mysterians.

Prouver le fil ténu entre les époques était déjà bien vu, mais ce qui l'est plus encore c’est le dictionnaire (non exhaustif, non dénué de lacunes, mais bien foutu quand même)  qui fait tout le sel de l’entreprise en mixant garage suédois, à d’autres plus connus qui filent la métaphore de l’évolution du son entre GB et US ou ailleurs. L’auteur s’autorise même à cataloguer quelques groupes d’ici ,comme les Soucoupes Violentes, mais il ne place nos héros du moment, les Liminanas, qu’en annexe, quand ils assurent le job depuis déjà quelque temps par ici - en allant chercher la reconnaissance aux US avant de se voir entendus en France…

Si vous n’avez pas été pus tôt biberonné aux Nuggets, Back from the Grave et autres Pebbles, cet ouvrage va vous faire découvrir ce qui sert de base d’analyse à la rock critique hexagonale depuis 1970, sans qu’il soit besoin de le remettre en question.


Et puis, cela vous donnera l’occasion, avec une petite liste, de chiner tranquille pour découvrir vous aussi des pépites dans les ventes sur trottoir qui fleurissent à l’automne partout en France. Si vous découvrez Here are the Boots de The Boots, vous aurez une pépite, comme si vous tombez sur Yard Trauma du groupe éponyme… Vous faites quoi dimanche, au fait ?

Jean-Pierre Simard

Rock Garage,  fuzz, Farfisa & distorsions de Christophe Brault, éditions Le Mot & le Reste

Comme une évidence, par Emmanuel Delabranche

Comme une évidence, par Emmanuel Delabranche

Punkt. Les Points. L'électro vue par un couteau suisse.

Punkt. Les Points. L'électro vue par un couteau suisse.