Short-Cuts 34, par Nina Rendulic

Short-Cuts 34, par Nina Rendulic

au bout de chaque semaine, ce(ux) que je retiens dans la réalité subjective du monde qui nous entoure

krajem svakog tjedna, ko/čega se sjećam u subjektivnoj stvarnosti svijeta oko nas


semaine du 12 / 9 / 16

"For we’re like creatures of the wind, and wild is the wind"

La pluie est arrivée cette nuit. Ou la nuit d’avant. Ou la nuit d’avant. Les nuits se succèdent sans importance. Les jours. Les nuits. Soleil. Lune. Le tout. Ou pas. Les marrées hautes et basses. Les promesses du pouvoir. La rhétorique ordinaire. Sans pouvoir. Pouvoir dire ce qu’on ne peut se dire (à soi ou l’un à l’autre ?). Sans importance. Le Un continue à traverser quatre rives. Ce n’est que l’eau qui change de hauteur (de couleur ?). On lit les mêmes livres. On écoute les mêmes chansons. On dit les mêmes mots. On dort ou on ne dort pas. C’est tellement tellement ennuyeux.

A Berlin, le jour dure 48 heures. Sur les murs en brique jaunâtre dansent les ombres de boulots, par exemple. A toute heure. Peu importe. On voit une table en bois. Architecture industrielle années 50. Un fauteuil vert. Profond. Confortable. Appelle au sommeil. Les jeunes et moins jeunes gens prennent leur place dans le fauteuil. Ils lisent d’un grand livre rouge. En serbe, en anglais, en allemand, peut-être ? Sans importance. Ils lisent Shakespeare. Thomas More. Ils lisent les Syriens. Les Afghans. Les Iraniens. Et les femmes. Et les femmes. Bien sûr. Les femmes, toujours… Ils s’acharnent à lire alors qu’ils sont tellement, tellement fatigués. Ils baillent. Ils mâchent des chewing-gums. Ils s’arrêtent. Froncent les sourcils. S’ébouriffent les cheveux. Enlèvent les chaussures. Ils ont froid. Puis chaud. Puis froid. Derrière l’œil de l’observateur ils allument cigarette sur cigarette. Ils rient. Ils mangent. Ils s'acharnent. Peu importe. Ils liront jusqu’au bout. Lire c'est important. C'est important de lire. Sans sommeil sans arrêt ils prêtent leurs voix à ceux qui ne peuvent parler : les sans-pays, les sans-famille, les sans-langage. Les exilés. Les humains. Aux yeux bleus. Aux cheveux noirs. Aux espoirs en couleur. Contre le vent. Car wild is the wind. Alors lisez. Et restez éveillés.

___

*** www.heartefact.org : performance "48 heures d'éveil" ***

Après Berlin, à Paris du 20 au 22 septembre (Centre culturel de la Serbie, 123 rue Saint Martin, 75004 Paris)