Short-Cuts 31, par Nina Rendulic

Short-Cuts 31, par Nina Rendulic

au bout de chaque semaine, ce(ux) que je retiens dans la réalité subjective du monde qui nous entoure

krajem svakog tjedna, ko/čega se sjećam u subjektivnoj stvarnosti svijeta oko nas


semaine du 22 / 8 / 16

Lorsqu’on aura épuisé

[la chaleur sur les clavicules – la cire transparente – le silence de la mer – les paroles – les lettres imaginaires – Lol V. Stein – les mélodies de Bach – les couleurs : jaune moutarde, rouille, vert émeraude – la peur des femmes voilées (qui a peur ?) – l’hystérie ordinaire – d’autres mondes – plusieurs promesses dérisoires – l’Islande – une grande déception – les traductions impossibles – la solitude – le conditionnel passé – des huiles essentielles : lavande, orange, marjolaine, verveine – des livres jamais lus – d’autres destins tragiques – tous ses désirs impossibles – La Vie matérielle – le changement de rythme – ses adieux – le mot torpeur – des cris sous les décombres – le manque d’argent – trois voyages vers l’est et deux vers le sud]

il sera trop tard.

"Ils s'étaient silencieusement contemplés, longuement, ne sachant que faire, comment sortir de la nuit."

C’est l’immobilité des corps qui m’effraie. L’effroi immuable des êtres qui ont le don de rêver, d’imaginer, de construire la réalité avec leurs deux mains et une tête. Des paillettes en sucre brillent sur le sable. Le monde est désert. Ils ne disent rien. Ils ne bougent point. Ils se contemplent. La nuit des hommes commence par leur déni de la femme. Leurs yeux avides. Le mot lutte. Vous êtes encore hors-sujet, Messieurs. Si je ne peux pas danser pieds nus sous la pluie / me mettre du rouge à lèvres couleur sang et sourire / regarder l’humanité avec mes yeux de biche / chanter faux / porter tous les vêtements du monde où je veux quand je veux / je ne souhaite pas faire partie de votre révolution. Allez chercher ailleurs.


Notre chroniqueuse Nina Rendulic est née à Zagreb en 1985. Aujourd'hui elle habite à 100 km au sud-ouest de Paris. Elle aime les chats et la photographie argentique. Elle vient tout juste de terminer une thèse en linguistique française sur le discours direct et indirect, le monologue intérieur et la "mise en scène de la vie quotidienne" dans les rencontres amicales et les dîners en famille. Vous pouvez la retrouver sur son site : ... & je me dis