Méta Méta, les free paulistes jazz

Artistes emblématiques de la scène bouillonnante de São Paulo, Meta Meta, avec son troisième opus, nous invite à une toute autre sorte d’ivresse que les habituels artistes paulistes, selon des préceptes qui tienne plus du punk que de l’habituel jazz brésilien. Et pourtant, c’en est bien !

Leur nouvelle envolée libertaire retentit plus fort contre la corruption de la société brésilienne, entre improvisations jazz punk et mélodies post-rock, chants incantatoires et influences afro-brésiliennes, Metá Metá transcende les univers musicaux avec ce MM3 plus sombre que les précédents avec Juçara Marçal, voix - Thigo França, Saxophone & Flûte - Kiko Dinucci, guitare - Marcelo Cabral, basse et Sergio Machado, batterie.

" Notre musique est directement influencée par la crise actuelle, elle est marquée par l’angoisse et la turbulence, à la veille d’un coup d´état. Nous sommes témoins de l’arrivée au pouvoir de la faction la plus conservatrice, réactionnaire et fasciste de la société, infectée par une haine des droits civiques. Une haine reprise, attisée et diffusée par les grands médias, des centaines de chaînes de télévision, de journaux d’information et de magazines, qui sont concentrés entre les mains de cinq familles richissimes et très puissantes. Drôle d’époque pour faire de la musique au Brésil mais, justement pour cette raison, il est d’autant plus important que l’art apporte son contrepoint à tant de désinformation et de haine, et laisse entrevoir la possibilité d’un monde meilleur et plus tolérant."

 

Formé en 2008, Metá Metá, qui signifie "trois en même temps", sortait en 2011 un premier album au son minimaliste avec peu d’instruments, entre folklore imaginaire inspiré du Candomblé, une des religions Afro-Brésiliennes où chaque Orixa (divinité) possède son chant et ses rythmes. Un an plus tard, leur second album Metal Metal opérait un changement radical avec un son nettement plus puissant et massif, mêlant influences brésiliennes traditionnelles, africaines, latino, free jazz, punk et avant-garde. Sur ce nouveau MM3 aux arrangements complexes, le trio évolue dans une autre direction et révèle de fortes influences du Maroc, d’Éthiopie, du Niger et du Mali. Les trois musiciens activistes sont rejoints ici par Siba, Rodrigo Campos, le bassiste Marcelo Cabral et le batteur Sergio Machado tous issus de la scène musicale indépendante de São Paulo. Ceux d'un Brésil qui n'accepte ni la corruption ni le destitution de leur Présidente de gauche, déchue par un politicien de droite plus ripou qu'elle.

Entre Rock et Jazz, Afrique et Brésil, les feulements sauvages de la chanteuse et les envolées aigües du saxophoniste nous emportent vers une contrée imaginaire et inédite, au rythme implacable d’une section guitare/basse/batterie qui tourne comme un moteur d’Embraer (avion militaire local construit près de Sao Paulo). Le Brésil de 2016 se joue bien en dehors des clichés usés des plages décolletées et de la samba cache-misère. Bienvenue !

MM3 de Méta Méta (jazz Village/PIAS)