La Nuit

La Nuit
voldenuit.png
depuis.png
unnamed (3).jpg
jacarandi.gif

L'enfer c'est le bruit qui ne s'arrête jamais. On ne s'entend plus chanter. Comme le bruit pénètre mal dans le jardin botanique alors on y trouve refuge et comme l'air sent bon, on y reste longtemps. Et c'est si beau de voir les arbres pleurer. Il pleut différemment ici, les gouttes sont plus grosses, et parfois, elles n'appellent pas d'averse, elles tombent c'est tout. Et les serres sombres renferment un secret terrible, celui d'une ville disparue, un temps en or qui n'a pas survécu. Tout ce qui n'est plus là féconde alors le rêve éveillé de la déambulation dans les jardins humides remplis d'arbres noueux où habitent les oiseaux hurlants. Sous nos pas tout à coup s'inventent des poèmes. Nous nous sommes aimés sur ce banc lorsque le sol se couvrait de pétales violets silencieux, vous souvenez-vous? Au zoo tout près, des enfants rient et font la différence entre hippopotame et rhinocéros, prennent peur joyeusement devant des reptiles immenses. Vous souvenez-vous de l'émerveillement? Les cages sont vieilles, les suricates le savent bien et grattent le sol sous les barreaux. Ils essaient, ils ne savent jamais. Le pas du grand singe est lourd et auguste, vous n'osez pas croiser son regard n'est-ce pas? Les eaux noires anciennes portent de très légers nénuphars. On observe cette immobilité étrange après l'électricité des jours à courir dans la ville. L'éléphant presque statique n'est pas de ce monde ou l'Asie n'est pas loin, on ne saurait dire. Mon ami, pourquoi n'es-tu pas là pour regarder avec moi comme les girafes entrelacent doucement leurs grands cous? Personne n'est monté sur le carrousel, les chevaux de bois ne bougent pas, mais on joue une musique populaire pour attirer les passants, on ne sait jamais. Des fantômes aux formes animales peuplent des temples indiens reconstitués, attendant dans l'éternité. Les racines trouent les trottoirs, entêtées. Des poèmes naissent chaque seconde à Buenos Aires aussi bien que des chansons peut-être. Et nos au revoir seront déchirants. Nos au revoir seront déchirants.

Céline Riotte

 
unnamed (7).jpg
 
 
unnamed (1).jpg
unnamed (4).jpg
 
unnamed (6).jpg
 
unnamed (5).jpg