La chandeleur en version mexicaine

Si en France, la tradition de la Chandeleur est devenue une occasion de s'offrir une galette avec santon de Provence chez Carrouf ou Ladurée, au Mexique, on ne rigole pas avec les icônes religieux. Et, pour cause, le catholicisme local a, bon an mal an, intégré les cultes pré-hispaniques pour changer le sens des fêtes avec une imagerie conséquente.

On sait en Europe que la Toussaint, revue par le marketing est devenue citrouille avec Halloween. Mais là-bas, la Fête des morts est d'abord une vraie fête, et comme telle, un moment de création pour dialoguer avec les défunts. Pas un simple défilé devant des tombes sous la pluie d'octobre.

En janvier, la chandeleur vue de Mexico offre un vrai visage novateur pour ses symboles les plus forts, les santons locaux, Ninos de la Candelaria. Le studio graphique local Camino s'est attaché à bousculer les codes, rhabiller les pestais santons et leur redonner du sens en décalant l'image qu'ils projettent. Comme autrefois, de nombreux artistes contemporains s'étaient attachés à redéfinir les Barbie en les relouant, le Studio Camino leurs offre de multiples vies : ici une transparence totale, là un look marbré, ailleurs une parfaite combinaison noire à pois. Plus loin encore un look total Ganesh, ou de petit icône de la fête des morts - mais revu avec en squelette superposé ou encore enrobé d'une feuille de palmier voir en version rose avec pot de fleur sur la tête. quand ce n'est pas en drag queen, prisonnier ou masque et fourrure.

La version traditionnelle des ninos de la candelaria serait plutôt celle-là. On voit déjà les possibilités...

La version traditionnelle des ninos de la candelaria serait plutôt celle-là. On voit déjà les possibilités...

De quoi bien vivre moment trop codifié et lui remettre au delà de l'échange ( ces objets sont transactionnels), un pied dans le monde d'aujourd'hui, en le vivant autrement. Ça bouscule et c'est tant mieux !