Revenir à la ZAD, par Serge Quadruppani

Revenir à la ZAD, par Serge Quadruppani

La météo qui s'était nettement déclarée en faveur de la vallso-hollandie au printemps, n'était pas cette fois néo-libérale, les dizaines de milliers de personnes dont nous étions n'ont pas eu à patauger. Le pas était ferme, le bruit du bâton bien sec sur les routes et les chemins de Notre-Dame-des-Landes. Retraités actifs, trentenaires ardents, enfants ravis, on était tous là et l'essentiel a été atteint: quoi que racontent les médias et l'Intérieur sur les effectifs de la manif, nous étions au-delà des chiffres, nous avons rempli notre mission: nous avons affirmé notre force, nous l'avons senti.

Quand et comment aura lieu la tentative d'expulsion? Aura-t-elle seulement lieu? On discutait beaucoup de ça en marchand dans le bocage nantais. Il me semble certain qu'elle aura lieu, le maintien des dernières miettes de crédibilité du gouvernement est à ce prix, dût-il y avoir des morts, ces gens-là ne sont pas à ça près.  Sans compter un autre facteur essentiel, en l'état actuel de décomposition de la politique, en France comme en tout l'occident : au-delà des intérêts de Vinci, de cet inextricable réseau de fonctionnaires, d'élus et d'hommes d'affaire qui est derrière le projet d'aéropot, il s'agit avant tout, dérisoirement, monstrueusement, de satisfaire le narcissisme viriliste de Valls. On en est là: la vieille politique, totalement vidée de tout projet collectif est livrée au règne des égo vides. On a beaucoup dit, ici et ailleurs, à quel point les meurtres de masse djihadiste dépendaient de ce facteur nouveau: l'affirmation facebookienne de personnalités explosées. Valls, par son comportement et ses postures médiatiques, de déclarations sur Marianne dévoilée, en aboiements menaçants dès qu'on touche à ses flics, a cessé depuis longtemps de prétendre "porter une vision", comme disent ses concurrents moins doués pour les nouvelles règles du jeu: lui, il sait ce qu'il faut faire, face au corps électoral (le seul corps qui l'intéresse manifestement) il traite tous les écrans comme un profil facebook où il met des posts afin d'être liké.

Mais il est un autre point qu'on a pu vérifier en se rendant sur place: quels que soient le nombre de likes qu'obtiendra Valls en faisant déferler les engins, les robocops, les gaz et les flashballs sur NDDL, ça ne se passera pas comme ça.

Non seulement la détermination est intacte mais l'imminence de la menace lui donne la dureté contondante de cette pierre qu'on trouve en grattant un peu le sol, à la ZAD et ailleurs.