La Nuit

Média : le pouvoir de Facebook et ses dangers

La Nuit
Média : le pouvoir de Facebook et ses dangers

C'est toujours par soi-même qu'on en apprend le plus ! Facebook faisait savoir il y a trois jours que la compagnie assouplirait "les conditions de publication de contenus qui sont importants ou d’intérêt public - même s’ils vont à l’encontre de nos standards." Comme nous venons de recevoir ce matin cet avertissement (voir photo) au sujet d'une photo que nous avions publiée de féministes argentines (nous entourerons désormais les seins des saintes d'un halo blanc chic et mystique), nous pouvons en tirer les conclusions suivantes :

- les manifestations féministes, même quand elles exigent le droit à l'IVG dans un pays, même quand elles rassemblent, comme celle de la semaine dernière en Argentine, 70.000 femmes, ce qui n'est pas rien, ne sont donc pas considérées comme des sujets "importants ou d'intérêt public" aux yeux de FB.

- les femmes ont intérêt à manifester en pull à col roulé si elles veulent que leurs actions soient répercutées sur FB. Il ne semble pas à l'inverse que cette autre manifestation de gens torse poil - à vrai dire rasés - qui s'appelle une compétition masculine de natation soit interdite de publication.

- il est grandement à craindre que le même type d'action soit entreprise un jour ou l'autre par FB, éventuellement sous la pression de pouvoirs publics, pour faire disparaître des réseaux sociaux les photos de toute manifestation qui serait jugée pareillement comme une menace à l'ordre en place, moral ou politique (port de cagoules etc).

- devenu de très loin le plus grand (et pour 90% des gens, hélas) le seul du monde, FB a une responsabilité éditoriale immense, dont nous reconnaissons le poids, mais qui devrait conduire la compagnie à exercer avec un très grand discernement son immense pouvoir de censure, qui peut conduire à l'annihilation complète en un clic d'années de travail et de contact avec ses lecteurs.

- comme vous, on aime bien Facebook (si, si, ce n'est pas que par obligation que nous tenons cette page...), mais on le redit : pour voir, vraiment ce qui s'appelle voir, ce que nous faisons dans son ensemble, et dans une bien plus grande liberté qu'ici, allez voir les sites des journaux, pages, blogs eux-mêmes. C'est une habitude que FB nous a fait progressivement perdre à force de grandir jusqu'à occuper tout notre temps et notre espace mental. Les uns les autres, nous ne lisons maintenant plus qu'un post par-ci, un post par-là, attrapés dans le flux de ce qu'on nous propose. Il y a donc en conséquence une perte (à notre sens très grave) de conscience dans la société de ce que signifie la cohérence du propos, l'intégrité d'une démarche, qui ne se juge pas sur UN article, mais sur un ensemble de choix éditoriaux.

L'Autre Quotidien
http://www.nuitetjour.xyz