Occupation de l'abattoir de Corbas (Rhône) par des activistes de la libération animale

Occupation de l'abattoir de Corbas (Rhône) par des activistes de la libération animale

L'association 269Life Libération Animale a pénétré cette nuit dans un abattoir de la région Rhône Alpes pour stopper la chaîne d'abattage. 20 activistes bloquent actuellement l'accès au couloir de la mort qui mène les animaux au poste d'abattage. La prise d'assaut a commencé à 2h30 du matin. Nous opposerons résistance jusqu'au délogement de force par la police. Appel au soulèvement général. 

Une vache dans un abattoir à Corbas en France le 4 mai.

Une vache dans un abattoir à Corbas en France le 4 mai.

"Ils auraient dû mourir les premiers ce matin dans cet abattoir sordide que nous occupons
Mourir dans l'indifférence la plus totale parce qu'aux yeux de notre société, ils ne sont pas des victimes. 
Depuis 5h maintenant, nous les entendons hurler, implorer, résister de toute leur force. 
Le minimum qu'on puisse faire, c'est de ne pas laisser faire ! 
Nous ne leur sauverons pas la vie, nous n'arrêterons rien aujourd'hui mais nous devons pour eux résister jusqu'à ce que cette barbarie cesse. 
Les lois ne doivent être respectées que si elles sont respectables. 
Forcez les portes des abattoirs et exigeons l'abolition." 

https://www.facebook.com/269LIFE.LIBERATION.ANIMALE/

Photographie : Nicolas Liponne

Photographie : Nicolas Liponne

Il y a 5 mois, nous rendions hommage en pleine rue à un petit veau que nous avions trouvé dans la benne d'un abattoir. 
Les deux dépouilles que nous avions pu extirper des "déchets" sont désormais enterrées à côté de notre sanctuaire et il n'est pas un seul jour sans que nous pensions aux dizaines de veaux que nous avions vus cette nuit là et que nous n'avons pas pu emporter, des veaux gisant au milieu des viscères comme de vulgaires restes. 
Ce terrible souvenir resurgit de manière particulière aujourd'hui puisque l'association L214 dévoile dans une nouvelle vidéo le sort des vaches gestantes et de leurs foetus à l'abattoir de Limoges.
> Lien vers l'enquête : http://www.l214.com/enquetes/2016/abattoir-made-in-france/limoges/
Si le formidable travail d'enquête réalisé par cette association est essentiel, absolument nécessaire et nous permet sur le terrain de légitimer notre combat, la simple diffusion des images ne suffit pas.
A nous maintenant de nous saisir de cette ouverture médiatique permise par L214 pour frapper fort. 
Nous devons tout faire pour empêcher cet holocauste animal même si nos moyens sont dérisoires face à cette machinerie orchestrée de la mort. 
Jamais nous ne pourrons convertir l'ensemble de l'humanité au véganisme ; à supposer que les personnes se montrent réceptives à de telles images, il nous faudrait des milliards d'années et chaque seconde qui passe représente la perte irrémédiable d'innombrables individus.
Il nous faut frapper le système spéciste en son coeur, faire surgir le problème partout où nous le pouvons, ternir l'image de l'oppresseur jusqu'à ce que l'ordre public spéciste s'affaisse. 
C'est un soulèvement général qui doit advenir. 
Pour le dire plus directement et parce que c'est la parole que porte l'association 269Life Libération Animale, réfléchissons sur ce constat : 
Environ 6.500 employés présents dans les abattoirs français.
Environ 100.000 personnes se disant fièrement "vegan" en France.
Alors qu'attendons-nous pour profiter de ce rapport de force tournant en notre faveur ? 
Qu'attendons-nous pour rentrer dans les abattoirs, pour se mettre devant le couteau, pour empêcher les employés d'appuyer sur le bouton mettant en marche la chaîne d'abattage, pour bloquer les camions qui amènent chaque jour des milliers de condamnés ? 
Qu'attendons-nous pour tenter d'empêcher cette barbarie légale ?

" Il vient une heure où protester ne suffit plus ; après la philosophie, il faut l’action ; la vive force achève ce que l’idée a ébauché. "
(Victor Hugo)