L'Autre Quotidien
L'Autre Quotidien
 

À quoi bon un quotidien culturel en temps de détresse ?
 

A quoi bon un quotidien culturel en temps de détresse ?
.............et nous y sommes, ou pas loin........................
..............certains déjà en plein dedans.........................

C'est la question à laquelle nous essayons d'apporter une réponse positive (oui, c'est utile, indispensable même, pour mieux vivre, dignement, en beauté, autant qu'au combat pour la liberté) dans chaque numéro de L'Autre Quotidien. 

L’Autre Quotidien veut mettre l'imagination au pouvoir pour réveiller l'espoir en un monde plus beau, plus juste et plus vivable. D'où ce projet commencé par des gens comme on dit sans moyens, mais avec une certaine expérience de la vie et du journalisme, - ce n'est pas toujours tout à fait la même chose -, et qui n'auraient dû en principe n'avoir ("même pas en rêve !") aucune possibilité de lancer un quotidien, aventure qui suppose en principe d'avoir des millions derrière soi, un réseau d'amis bien placés, des appuis institutionnels, un positionnement politique qui pourrait être utile à tel ou tel gouvernant ou aspirant à l'être. Toutes choses que nous n'avons pas.


Ce manque presque comique de moyens de départ (si vous saviez !) ne nous a fait renoncer à rien. Nous existons. Nous publions. Quotidiennement. En avançant à petits pas. Des chroniqueurs nous ont rejoint. Des sites convaincus par le projet d'un autre quotidien nous ont apporté leur aide et leur talent pour faire vivre les rubriques. Nous pouvons aujourd'hui affirmer sans rougir que offrons déjà un bon quotidien culturel. Si vous vous abonnez, vous pourrez vous en rendre compte en parcourant les dizaines d'articles de nos sections Livres, Musique, Idées, Art...

 

Dans le même temps, notre participation active ces derniers mois au mouvement contre la loi Travaille et à la Nuit Debout nous a changé en faisant remonter au premier plan notre souhait de départ de mêler aussi ce quotidien culturel de politique, quand, et où, elle nous concerne. Qu'il suffise de dire que toutes celles et ceux qui écrivent dans L'Autre Quotidien des textes qui n'ont rien à voir a priori avec la politique ont, à leur manière propre, là où ils sont, et sans aucune concertation entre nous - notez bien : nous ne sommes pas du tout un parti, ni même un mouvement, sinon celui qui naît et vit de lui-même sans rien demander à personne - ont vécu pareillement les événements ce printemps 2016 pour que cela confirme notre présupposé de départ : nous sommes une multitude d'individus insoupçonnés qui refusent d'accepter que ce monde en passe de dévisser dans la folie soit le seul possible et s'y opposent par le meilleur moyen qui soit : être eux-mêmes, pleinement, avec et au milieu d'autres, qui entendent l'être aussi. C’est cette singularité plurielle et solidaire que nous voulons voir vivre dans ce quotidien, singulier lui aussi, que nous vous proposons de lire et vous demandons de soutenir.

 

Singulier en quoi ? Assez simplement, parce qu'il échappe intentionnellement à ces deux catégories bien pratiques pour qui aime les classeurs et la vie bien rangée : le tout politique (alors là, innombrables sont les sites internet qui ne pensent, ne parlent et ne vivent que d'occuper leur créneau politique - nous ne le pouvons simplement pas, même si nous sommes souvent d'accord avec eux, c'est trop étouffant pour nous, à un moment, nous ne nous reconnaissons pas dans tout ce que que nous sommes, entre autres des gens qui cherchent aussi leur plaisir, aiment la surprise, lire et traîner la nuit, rêver et parler d'autre chose) et le tout culturel (ou lifestyle, pour parler large), où il n'est surtout pas question de risquer de se compromettre et de perdre des lecteurs et des publicités en se frottant au monde tel qu'il est, avec toutes ses aspérités, en gros la presse cocon, qu'il soit fait de musique, de meubles design, de la plus légitime des littératures, de cuisine ou de mode, en somme toutes "les tendances" qu'on voudra, pour peu qu'elles ne soient pas celle à s'interroger sur la vie réelle, la stupéfiante existence de pauvres dans le monde, l'accroissement programmé des inégalités, ou notre stupéfiante précarité au vingt-et-unième siècle. Ce qui casserait le rêve en déchirant le cocon et en faisant se lever (ou tomber) du sofa. Notre projet à nous est celui d'une presse qui mixe l'actualité avec la culture pour dire le monde d'aujourd'hui, et s'engage dans la bataille des idées au côté de ceux qui souhaitent vivre dans un monde plus libertaire, plus égalitaire et plus fraternel, contre les tenants d'une société plus autoritaire, se moquant de l'égalité, et carrément pas fraternelle. Par amour (toujours) du réseau, nous avons fait le choix d'un digital artisanal et de qualité, convaincus qu'un site web peut être une belle oeuvre, comme il y a de beaux livres, de beaux objets.

 

C’est pourquoi L’Autre Quotidien vous demande de vous abonner. Et donne beaucoup plus à ses abonnés qu'aux lecteurs occasionnels. Ce qui est précieux : la liberté, le temps, l’attention a un prix. Il doit nous permettre de développer ce quotidien résolument indépendant. Sans avoir à nous vendre dans l’hypermarché qu’est devenu l’internet à force de réclames et de tout gratuit, aux conditions qu'il ne manquera pas d'exiger de nous. L'Autre Quotidien


L'Autre Quotidien

qui ?

L'Autre Quotidien est édité par une association 1901 et ne dépend que de ses rédacteurs et de ses lecteurs. 

nous aider

Faîtes un don à L'Autre Quotidien
 
Member Login
Bienvenue, (First Name)!

Oublié? Show
Log In
Enter Member Area
Mon Profil Pas membre? Inscrivez-vous. Log Out